Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 18:39

L’autonomie des voitures électriques, stop à la surenchère !

7 Avril 2014

Au temps des batteurs d’estrades, où tout était bon pour ferrer le badaud, vanter la marchandise était un art de la comédie; on appelait cela « faire prendre des vessies pour des lanternes ».
Dire au client ce qu’il a envie d’entendre, c’est la règle de base qui est demeurée le fondement de l’art de la vente.
Le négoce des automobiles n’a évidemment pas échappé à ce catéchisme, il suffit de lire les publicités pour s’en convaincre.
La nouvelle poussée de fièvre de la voiture électrique a offert des opportunités inespérées aux marchands d’orviétan.
Très vite il est apparu que ce nouvel avatar souffrait, comme ses ancêtres,  d’un mal que d’aucuns jugèrent mortel, mais que des petits malins eurent vite fait de transformer en argument de vente.
Nous voulons parler bien sûr de la faible autonomie de ces engins, incompatible avec les usages qu’un bon père de famille est en droit d’attendre de sa bagnole.
Le challenge était de taille:
Il s’agissait de vendre, à un tarif « haut de gamme », une auto dont les performances se situaient dans le bas moyen de gamme, dont le rayon d’action ne dépassait pas 150 Km, et dans un environnement dépourvu d’infrastructures de recharge des batteries.
Un tel cumul de handicaps aurait découragé les meilleurs vendeurs.
Mais dans l’Automobile, on a de la ressource et on ne se décourage pas.
On s’est avisé que cette nouvelle technologie, assez compliquée il faut le reconnaître, était propice à une mise en scène de nature à brouiller les pistes et amener le client à baisser sa garde.
Il devenait alors possible de lui vendre un cocker pour un lévrier.
C’est ainsi que le problème de l’autonomie a été subtilement minimisé en bâtissant une publicité tapageuse sur des mesures biaisées réalisées selon un protocole (NEDC) officiellement périmé et reconnu comme exagérément complaisant.
C’est d’ailleurs le même protocole qui fut « détourné » il y a peu pour faire accepter comme écologiques des voitures thermiques en réalité fort émettrices de fumées et de particules. Mais l’affaire failli mal tourner car la justice s’en est mêlée.
(Pas pour juger, mais pour étouffer l’affaire….)
Mais ne nous égarons pas…

_______________

Pour sa nouvelle version du modèle ZOE, baptisée ZE 40, Renault n’hésite pas à placarder en haut de page, donc en « prime argument » :

« Une autonomie de 400 Km NEDC »

[ Ref:
http://www.renault.fr/vehicules/vehicules-lectriques/zoe/autonomie.html]

Un rapide sondage auprès d’automobilistes moyens pourra montrer que très peu d’entre eux savent dire à quoi se rapporte l’acronyme NEDC, et encore moins peuvent dire ce qu’il faut en penser.
Pour un béotien, ce sigle accolé à la pub d’une grande marque, ne peut être qu’un indice d’excellence.
Nous ne ferons pas l’injure à nos lecteurs d’expliquer ce point.
Nous voulons simplement exprimer notre indignation de constater qu’un grand constructeur puisse se permettre d’abuser ainsi de la « naïveté technologique » des clients pour tenter de tromper leur confiance, surtout s’agissant d’un nouveau modèle.
L’acronyme NEDC est là bien sûr pour éviter le piège du délit de publicité mensongère.
D’autant plus que, en bas de page, on trouve un « calculateur d’autonomie » qui donnent des résultats plus réalistes.
On y lit les valeurs suivantes:

A 120 Km/h            170 Km
A 90 Km/h            250 Km
A 50 Km/h            355 Km

Ces résultats ayant été mesurés, on l’imagine, dans des conditions de conduite spécialement « coulée » en évitant tout changement brusque d’allure, et sur un profil plat et à +25°C.
Le constructeur n’a pas osé descendre jusque là, le calculateur d’arrête à 50 Km/h !!
Ces chiffres montrent que cette voiture consomme environ 17 KWh/100 Km, dans des conditions normales d’utilisation, comme toute voiture moyenne qui se respecte.
Alors, pourquoi raconter des histoires au client ?
Les constructeurs gagneraient plus de confiance de leurs clients s’ils cessaient de les prendre pour des imbéciles.
___________________

Le graphique ci-dessous est établi à partir des valeurs trouvées grâce au calculateur d’autonomie proposé par Renault dans sa page de pub.


 

 

L’autonomie des voitures électriques, stop à la surenchère !

On ne voit pas très bien l’intérêt d’indiquer l’autonomie à des vitesses telles que 50 Km/h, et quant aux conditions d’obtention de l’autonomie de 400 Km, elles prêtent à rire, qui irait faire 400 Km à 30 Km/h, sinon a bicyclette ?
La zone d’utilisation normale pour ce type de voiture se situe entre 90 et 130 Km/h, pour une autonomie entre 150 et 250 Km.
La consommation se situant entre 16 et 26 KWh/100 Km selon la vitesse.

Il ne sera jamais, à aucun moment, question de parcourir 400 Km avec cette voiture sans recharger la batterie.
______________________

Chez les constructeurs atypiques, en fait chez Tesla, le constat du problème de l’autonomie a suscité une réaction totalement inverse.
Alors que certains constructeurs européens on tenté de raconter des salades au client et tordant la réalité, Tesla a préféré s’attaquer au problème en construisant des bornes de charge rapide.
Faut-il y voir un effet de l’esprit d’entreprise américain ?
Plutôt que nier l’obstacle, on l’attaque et on l’élimine.
Toujours est-il que les Tesla ont le même problème d’autonomie, évidemment, mais elles auront des bornes de charge rapide.

Après avoir occupé le terrain avec la Tesla S, qui est un jouet pour grands enfants fortunés, le constructeur va passer aux choses sérieuses avec le « model 3 ».
On ne sait à peut près rien de ce nouveau modèle.
Seulement que ce sera une voiture haut de gamme, avec une autonomie de 350 à 450 Km, qu’elle passera de 0 à 100 Km/h en moins de 6 secondes, et que son prix sera de 35 000 US$.
Mais c’est suffisant pour se faire une idée.
On sait pas ailleurs que, vu les dimensions de la caisse, on ne pourra pas y loger la batterie du P100D avec son système de refroidissement.
La batterie sera donc de 60 à 75 KWh, selon l’option.

0 à 100 Km/h en moins de 6 secondes, c’est un message clair: On oublie les folies de la S, et on revient sur Terre. On ne fera pas fumer le bitume avec cette auto.
(Il est quand même question d’une version « performante »)
Autonomie de 350 KM, cela peut vouloir dire batterie de 60 KWh et consommation de 16 KWh/100Km.
Une batterie de 75 KWh permettra d’atteindre près de 500 Km.

Les éléments de batterie Panasonic NCR16850 B étant très vigoureux, ce sont les meilleurs du marché, on peut imaginer une puissance de batterie frisant les 300 KW avec une décharge à 5C.
Dans ce cas la motorisation en quatre roues motrices pourrait nous surprendre, avec deux électriques de 150 KW chacun.
Mais alors, le 0 à 100 Km/h en moins de 6 secondes deviendrait beaucoup moins de 6 secondes…A voir en version sportive.
Malgré ce flou, la firme aurait déjà enregistré près de 350 000 précommandes, avec une avance de 1000 $.
____________________

La Chevrolet Bolt est peut-être une concurrence plus sérieuse pour le marché européen.
Elle est équipée d’une batterie (LG Chem) de 60 KWh, à refroidissement liquide, ce qui la place d’emblée dans le moyen haut de gamme puisqu’elle peut viser l’autonomie « réelle » de près de 400 Km.
(Autonomie réelle, car aux US la farce NEDC n’a pas cours).
La tension de batterie est de 350 V, obtenus avec 3 x 96 cellules de 3,7V.
La puissance de la batterie est de 150 KW, à 2,5 C.
(Eh oui, ici on indique la puissance de la batterie)
Pour exploiter cette puissance, un moteur de 200 CV (150 KW) a été développé, ce qui donne à la voiture des performances intéressantes, sans en faire une sportive, ce qui n’était pas le marché recherché.
La vitesse max atteint quand même 146 Km/h.
(Vitesse volontairement limitée pour ménager l’autonomie)
Les 60 KWh autorisent une autonomie de l’ordre de 400 Km à allure convenable, permise par une consommation de 15 KWh/100Km.

Il est certain que, si ces modèles sont proposés sur le marché européen, avec une autonomie réelle de 400 Km, le standard du VE va se trouver rehaussé, et il deviendra difficile de promouvoir les modèles avec batteries de 40 KWh, dont la faible autonomie ne pourra plus être « déguisée » en faisant appel à des protocoles de mesure fantaisistes.
La nouvelle ZOE, avec sa batterie de 40 KWh, à refroidissement à air,  son « petit » moteur de 65 KW , sa vitesse max de 139 Km/h, et son autonomie réelle de 250 Km, aura du mal à argumenter face à la Chevrolet dont la batterie de 60 KWh à refroidissement liquide, associée à un moteur de 150 KW, affiche une vitesse max de 146 Km/h et une autonomie réelle de 380 Km.
La différence de prix (Aujourd’hui on parle de 10 000 euros) n’est pas décisive, si l’on met en balance les différences d’autonomie.
_________________

Nous nous acheminons incontestablement vers une bagarre pour les prises de position sur les marchés de volumes.
Les choix ne se feront plus sur catalogues, mais sur la route.
La batterie restera l’élément de choix principal, mais pas seulement. Le client voudra de l’autonomie, mais aussi du punch afin de retrouver quelques sensations de conduite.
Tesla a montré que c’est possible, même si le procédé est discutable.
________________

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires