Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 10:48

Le prix de l’électricité, une affaire d’Etats.

28 Septembre 2013

En France le prix de l’électricité est très élevé.

Le kWh Gaulois coûte jusqu’à 87% plus cher que dans certains pays Européens comme la Macédoine ou la Bosnie-Herzégovine, et 50% de plus qu’en Bulgarie, en Roumanie ou au Monténégro.

Pas du tout. En France le prix de l’électricité est l’un des plus bas.

Le kWh Allemand coûte 80% de plus que son homologue français, Les kWh Italien et Espagnol sont à + 50%.

Cette disparité est surprenante à plus d’un titre.

En effet, l’électricité est un produit industriel en quelque sorte normalisé. La même fréquence partout en Europe (50 Hz), la même tension (230V), les mêmes méthodes disponibles de production ( centrales thermiques, centrales nucléaires, centrales hydroélectriques, centrales solaires, parcs éoliens), le même système de réseau de distribution, les mêmes sources de base disponibles ( Pétrole, Gaz, Charbon, Nucléaire, Biomasse, Soleil, Vent ).

Comment alors expliquer un tel rapport de 1 à 3 du prix d’un produit identique à l’intérieur d’une zone communautaire de libre échange?

A cela on peut tenter d’apporter des éléments de réponse:

Contrairement à ce que l’on pourrait attendre, il n’existe aucun programme commun énergétique pour l’Europe. Chaque pays membre est libre de choisir sa propre politique énergétique et, notamment pour l’électricité, ses propres méthodes de production et bien sûr de tarification.

Concernant l’électricité, cette liberté conduit à de fortes disparités dans les moyens de production. Chacun possède son propre « mix » énergétique, développé selon des critères à la fois historiques, économiques, géographiques, voire géopolitiques.

Cette disparité s’est récemment encore accentuée avec l’introduction des énergies renouvelables qui élargissent le choix du mix retenu.

Il est évident que, selon les poids respectifs dans la production des moyens industriels classiques amortis depuis longtemps, par rapport aux procédés nouveaux nécessitant d’importants investissements et des moyens de production en phase d’optimisation, les coûts seront très différents.

Une chose au moins est commune à tous les Etats: la nécessité d’amorcer une transition énergétique. Les raisons pour cela ne manquent pas, chaque pays étant motivé par l’une, par l’autre, ou par plusieurs: préparation de l’après pétrole, recherche de l’indépendance énergétique, volonté de réduire les émissions de CO2, désir de se retirer du nucléaire.

Cette transition est l’objet d’efforts de recherche et d’investissements plus ou moins importants selon les choix politiques locaux. Ces dépenses sont en grande partie chargées sur les prix de l’énergie et notamment celui de l’électricité distribuée, ce qui est une première cause de diversité des tarifs d’icelle.

D’autre part, chaque pays définit sa propre politique d’exportation ou d’importation d’électricité et/ou d’installations de production. Ensuite, selon la disponibilité de la ressource fossile sur le territoire national, les importations seront plus ou moins pénalisantes, avec une répercussion directe sur le prix de vente.

De plus, dans chaque pays, le prix de vente final dépend du circuit de production et de commercialisation. Ce prix sera différent selon qu’il n’existe qu’un seul opérateur national ou que le pays est ouvert à la concurrence.

Enfin, au prix de revient du produit ( Le kWh) viennent s’ajouter les diverses taxes, contributions, impôts, fixés par chaque Etat selon des critères spécifiques.

Ces « rallonges » pouvant varier considérablement selon les dépenses que l’Etat décide de faire supporter par le produit, notamment les dépenses de soutien au développement des énergies durables, les aides aux investissements d’économies d’énergie, le traitement social de la précarité énergétique, etc…

A ces paramètres de fluctuation viennent s’ajouter une éventuelle formule d’indexation du prix sur le cours du pétrole ou du gaz, et/ou une tarification progressive qui aura un impact différent sur le prix moyen selon les habitudes de consommation électrique de chaque pays.

En conclusion on peut dire que la comparaison brute des prix de l’électricité par pays n’apporte aucune information sur l’intérêt de choisir tel mix énergétique plutôt que tel autre, ni de juger du bien fondé de telle stratégie par rapport à telle autre.

Le Gouvernement français excipe du caractère essentiellement nucléaire de sa production électrique pour justifier un tarif du kWh inférieur de 80% au tarif allemand, justifiant par là sa volonté de prolonger la vie des réacteurs existants, mais « oubliant » d’inclure dans le tarif les coûts de mise en sécurité de ces réacteurs, le traitement des déchets, leur stockage long terme, le démantèlement des centrales en fin de vie, et le coût humain prévisionnel du traitement des problèmes de santé publique qui pourraient résulter d’un accident nucléaire dont l’éventualité ne peut plus être niée.

Au Monténégro l’électricité est encore moins chère qu’en France, il est vrai que la production y est pour 75% basée sur le charbon.

Chez les riches, en Allemagne, où le Nucléaire est boudé, les renouvelables ont le vent en poupe (au sens propre), mais l’électricité y est 80% plus chère que chez nous, malgré le recours au lignite ( 40% du mix énergétique électrique) .

A propos de CO2 et de Charbon, savez-vous que la mine de lignite à ciel ouvert de Garzweiler ( All.) va être agrandie, avec déplacement de 7 600 habitants, et qu’un permis a été accordé à l’exploitant RWE pour l’extraction de 1,3 Milliards de tonnes d’ici 2045 ?

Comment, vous dites que c’est contraire aux recommandations du GIEC ?

Vous faites certainement erreur.

Nous vivons une époque moderne…

Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 14:35

26 Septembre 2013

Nous avons vécu pendant près de deux siècles dans l’insouciance énergétique.

Pour se chauffer, s’éclairer, se déplacer, obtenir du travail mécanique, l’énergie était disponible à profusion et pour un coût modique.

La fin de la récréation a sonné lorsqu’il a fallu prendre en compte les menaces de calamités générées par nos abus. L’énergie est alors devenue l’objet de toutes les attentions.

L’inéluctable épuisement des réserves fossiles, le réchauffement de l’atmosphère attribué au CO2 anthropique, les dangers avérés du nucléaire, sont autant de raisons de changer nos comportements.

Désormais il est impératif de rechercher l’efficacité énergétique dans tout les domaines.

La première démarche qui vient à l’esprit est évidemment de prendre toutes dispositions afin de réduire la demande d’énergie.

C’est la première mesure mise en œuvre, initiée par une règlementation toujours plus rigoureuse et des mesures fiscales incitatives.

Reste le second problème qui est de déterminer la meilleure façon de satisfaire la demande restante: quel type d’énergie est la meilleure et comment l’utiliser au mieux dans tel type de besoin et pour quel résultat escompté ?

C’est la recherche de l’efficacité énergétique.

Mais le concept d’efficacité varie selon le point de vue considéré:

Du point de vue de l’économie nationale et du budget, l’efficacité consiste à réduire le déficit du commerce extérieur en réduisant les importations d’énergie. C’est la recherche de l’indépendance énergétique qui, pour la France, débouche sur l’énergie nucléaire, le gaz de schiste, mais aussi sur les énergies renouvelables.

Du point de vue de l’utilisateur final, l’efficacité c’est la recherche du coût le plus faible pour satisfaire son besoin, les autres critères passant au second plan, sauf règlementations contraignantes.

Du point de vue du ministre de l’environnement, l’efficacité est la recherche du plus faible taux d’émission de CO2 et du plus faible impact écologique.

Du point de vue de l’ingénieur, l’efficacité est la recherche du procédé qui

Permettra de tirer le meilleur parti de l’énergie primaire disponible en réduisant les pertes.

Chacun de ces points de vue est respectable, mais ils sont souvent contradictoires et donc difficiles à concilier.

Un exemple de ces contradictions est donné par l’utilisation des pompes à chaleur pour le chauffage des bâtiments.

Une pompe à chaleur ( PAC) est une machine magique qui fabrique de l’énergie à partir de rien, du moins en apparence. Le rien en question étant au choix l’atmosphère, le sous-sol, l’eau d’un puits ou d’un cours d’eau, voire d’une nappe phréatique, qui tous contiennent de la chaleur en quantité importante, mais à une température trop basse pour être exploitée directement .

La PAC permet de récupérer cette chaleur et de la porter (de la pomper) à un niveau « utile » exploitable pour par exemple chauffer un bâtiment ou fournir de l’eau chaude sanitaire.

Pour effectuer cette opération la PAC a besoin d’un peu d’énergie qui est fournie par l’électricité du réseau ( Il faut actionner un compresseur et différentes petites choses).

Le résultat, mis en formule par Monsieur Carnot et autres thermodynamiciens, est que sauf maladresse l’énergie calorifique récupérée est supérieure à l’énergie électrique fournie. Le rapport des deux s’appelle le COP (Coefficient de Performance).

Comme toute machine thermique, la PAC fonctionne entre deux sources à températures différentes:

Une source Tf dite « froide », qui sera l’atmosphère ou l’eau d’un puits ou d’un cours d’eau; une source Tc dite « chaude » qui sera soit l’air chaud fourni par l’appareil, soit l’eau chaude s’il alimente des radiateurs classiques ou un chauffe-eau.

Le COP maximum théorique est égal à Tc / (Tc - Tf)

( La température est en Kelvin)

Par exemple pour Tf = 273 K ( soit 0°C), et Tc = 333 K ( soit 60 °C), le COP théorique max est égal à 5,55.

Remarque importante: Le COP dépend fortement de la différence de température entre les deux sources. Ceci aura un impact considérable sur les performances pratiques de la PAC.

Le COP théorique, comme son nom l’indique, ne correspond pas à la pratique.

Dans le métier on définit plusieurs COP:

Le COP « Machine ».

C’est celui qui est mesuré en Laboratoire, dans les conditions les plus favorables pour l’appareil à tester.

Le COP « Système ».

C’est celui mesuré sur l’installation dans les conditions définies par la norme. On tient compte de la machine et des accessoires comme une pompe à eau, un ventilateur, un circuit de dégivrage, voire même une résistance d’appoint, toutes choses qui consomment de l’énergie et réduisent donc le COP d’autant.

Enfin, Le COP « Annuel ».

C’est celui qui est mesuré in situ ( chez le client final) sur une saison de chauffe complète et en prenant la valeur moyenne. C’est bien entendu cette valeur qui intéresse le client, et qui dépend énormément des conditions locales de température, de climat, et de l’installation, notamment la source froide et la source chaude et le mode de fonctionnement choisi ( Eau-eau, eau-air, air-air).

Le COP annuel n’est évidemment pas donné au catalogue du constructeur puisqu’il est spécifique d’une installation donnée.

La norme, car il y a une norme, définit par exemple les conditions de mesures du COP Système pour une PAC air-eau:

Tf = + 7 °C

Tc = + 30 °C en entrée d’eau dans les radiateurs,

Et + 35 °C en sortie.

( Une telle PAC n’est efficace qu’avec un chauffage par le sol, à basse température. Des radiateurs classiques pénaliseraient exagérément le système).

Quand ont sait comment le COP baisse avec la température de la source froide, on comprend qu’une valeur mesurée à + 7 °C n’a de sens que pour une PAC dont la source froide est de l’eau. Pour une PAC air-air la température de source froide peut descendre notablement en dessous de zéro, et le COP devient ridicule.

Des relevés effectués par l’ADEME sur un nombre significatif de PAC de technologies différentes et in situ ont donné une valeur moyenne du COP annuel d’environ 2,5 .

Cette valeur va nous servir à comparer les performances énergétiques d’une PAC avec celles d’une chaudière à condensation dans l’application chauffage.

Nous partirons d’une quantité d’énergie primaire de 100 kWh ( PCI).

De cette énergie, sous forme de gaz naturel ou de fuel, une chaudière à condensation peut extraire une énergie calorifique de 90 kWh.

( La chaudière à condensation exploite le PCS, supérieur au PCI, ce qui autorise des rendements très élevés).

Si, avec la même source de 100 kWh on produit de l’électricité dans une centrale thermique (ou nucléaire) on obtient 33 kWh d’électricité.

Ces 33 kWh deviennent 30 kWh chez le client à cause des pertes en ligne.

Utilisés pour actionner une PAC, ces 30 kWh permettent de récupérer 75 kWh d’énergie calorifique, en considérant un COP effectif de 2,5 .

Si l’on compare ces 75 kWh aux 90 kWh de la chaudière à condensation, on constate un déficit de 15 kWh à mettre au passif de la PAC.

Le résultat est encore plus décevant sur une PAC air-air à cause de la chute brutale du COP à très basses températures extérieures, chute qui exige de recourir à un chauffage d’appoint ( On parle alors pudiquement de pompe à chaleur en relève de chaudière).

Pour retrouver la même énergie calorifique avec une PAC il faut donc consommer davantage d’énergie primaire ( environ 110 kWh dans notre exemple).

Du point de vue de l’efficacité « nationale » et de la pollution, c’est mauvais puisqu’il faut davantage d’énergie primaire pour obtenir le même résultat qu’avec une chaudière; mais du point de vue du consommateur final c’est tout bon puisqu’il consomme seulement 36 kWh d’électricité là où la chaudière à condensation réclame 100 kWh de combustible.

(Encore faut-il préciser que cet « avantage » ne tient en France que grâce à un tarif public de l’électricité maintenu artificiellement bas par le Gouvernement).

C’est pourquoi les pouvoirs publics, tout en recommandant l’usage des PAC, exigent un COP d’au moins 3,4 pour accorder le bénéfice de l’avantage fiscal.

Malheureusement la valeur de COP retenue est le COP système, mesuré à une température extérieure de + 7 °C pour les PAC air-air, ce qui est bien loin des conditions hivernales de températures négatives.

Le consommateur final est content puisqu’il divise sa facture électrique par 2,5, mais la France doit importer davantage d’énergie primaire.

Sauf si…

Sauf si l’électricité est produite par une centrale nucléaire.

La production d’électricité nucléaire exige certes également l’importation d’un produit de base issu d’une source fossile qui est le minerai d’Uranium.

La prospection, les redevances, l’extraction du minerai, son achat, le transport, le traitement, le raffinage du produit, la préparation des crayons de combustible, leur transport, leur manipulation, leur stockage, le retraitement en tant que déchet, le stockage des déchets, ont un coût très élevé, mais qui n’est pas rendu public. Il n’est donc pas possible de connaître l’équivalent du coût externe de l’énergie primaire*, s’agissant des crayons de combustible, comme on connaît celui du pétrole ou du gaz.

*Coût qui impacte les importations. En fait AREVA le connaît, du moins on l’espère.

D’autant plus que le retraitement du combustible après usage lui redonne une seconde vie, voire même davantage dans un surgénérateur.

Pour contourner cette difficulté il a été décidé que, par convention, l’énergie primaire « comptable » associée à l’électricité nucléaire serait l’énergie calorifique dégagée par la réaction dans la cuve avec un rendement de Carnot de 40%, ce qui conduit à un coefficient multiplicateur de 2,5 appliqué à l’énergie électrique fournie par les alternateurs.

Mais cette énergie primaire « fictive » ne correspond pas à une dépense d’importation.

Le vrai coût des importations françaises de Yellow cake reste confidentiel et ne peut donc être comparé à celui du pétrole ou du gaz. Il n’est donc pas possible de connaître son impact sur le tarif public de l’électricité.

On parle cependant de 20% du coût de production contre 70 à 80% pour les combustibles classiques.

Par ailleurs le vrai coût du démantèlement reste une inconnue, de même donc que son impact éventuel sur le tarif public.

Cette opacité permet de maintenir en France un tarif public de l’électricité artificiellement bas.

Or l’efficacité économique de la pompe à chaleur dépend étroitement de ce tarif, qui ne pourra pas être conservé avec la production par les énergies nouvelles, surtout si dans le même temps on réduit le nucléaire..

Par contre, si l’on se projette dans l’avenir ( Après 2050, ou prochain siècle ?), on peut penser que les énergies nouvelles seront devenues prépondérantes, le nucléaire aura disparu, le gaz et le fuel seront devenus des produits de luxe.

Dans ce contexte la pompe à chaleur deviendra incontournable, ce que l’on observe déjà dans certains pays scandinaves.

Cet exemple simple montre que la notion d’efficacité énergétique est toute relative et doit être manipulée avec précautions, en tenant compte des impératifs du moment.

Telle solution, jugée efficace en 2013, ne sera peut-être plus tolérable ou possible en 2050.

C’est aussi cela la transition énergétique.

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 17:49

.

23 Septembre 2013

Depuis plus de vingt ans, les énergies nouvelles nous sont présentées comme le remède miracle à tous les maux de notre société technologique, et brandies en fanion de ralliement par les écologistes dans la croisade contre le réchauffement climatique.

Deux attitudes parfaitement justifiées, faut-il le rappeler.

Les arguments du GIEC en faveur d’un changement de politique énergétique ont entraîné l’adhésion de principe de nombreux pays.

Dès lors, on aurait pu espérer une mise en œuvre rapide de quelques-unes au moins des nombreuses recommandations de l’organisme officiel en charge de prévoir l’avenir environnemental de la planète.

C’était sans compter avec l’extraordinaire pesanteur du principe de réalité.

L’absence de gouvernement mondial ( ce dont il faut se réjouir par ailleurs), la puissance des intérêts économiques et financiers en jeu, les arcanes de la géopolitique, les profondes disparités sociétales entre les pays du Nord et ceux du Sud, sont des freins très puissants à toute évolution qui n’irait pas dans le sens de la satisfaction des intérêts à court terme des groupes dominants.

Si un consensus de principe (bien qu’avec quelques réticences) paraît se dégager au niveau des conférences internationales sur l’urgence de prendre des mesures, chaque pays reste prisonnier de ses propres contraintes immédiates, de ses impératifs économiques propres, de son rapport propre à l’énergie, et de ses moyens financiers.

Car il ne s’agit pas seulement de changer de sources d’énergie, mais aussi et surtout de changer notre mode de vie, et ceci est une autre histoire.

Il faut en prendre son parti, la quête du saint Graal sera longue, coûteuse et semée d’embûches, âmes sensibles s’abstenir.

Il apparaît aujourd’hui que, faute d’un programme mondial d’actions concrètes concertées (au-delà des recommandations des conférences internationales, qui n’engagent que celui qui lit les comptes-rendus) chaque pays se trouve confronté à la nécessité de définir sa propre stratégie de transition énergétique, au risque de faire le mauvais choix et de compromettre son avenir pour longtemps.

C’est ainsi que les pays de l’Union Européenne, même partageant des frontières communes, tirent des bords dans des directions différentes: les uns arrêtent le nucléaire et construisent des centrales à charbon, les autres conservent le nucléaire et freinent sur le solaire et l’éolien, d’autres encore décident d’exploiter les gaz de schiste, le tout dans la plus parfaite absence de coordination.

Le constat qu’au niveau d’une communauté comme l’Europe il soit impossible de se mettre d’accord sur une stratégie commune, permet d’imaginer les difficultés d’obtenir un consensus mondial.

De plus, quelles que soient les actions locales décidées, elles devront être mises en œuvre avec le bon planning sous peine de créer des situations d’incohérence dont nous avons déjà des exemples sous les yeux:

Est-il bien raisonnable par exemple de demander à la fois l’arrêt du nucléaire, la fermeture des centrales thermiques à cause du CO2, et la promotion des véhicules électriques?

Quel crédit accorder à un plan de développement de parcs solaires et éoliens dépourvu d’un début de solution pour résoudre le problème de l’intermittence ?

Comment prendre au sérieux la promotion du véhicule électrique alors que l’Europe est incapable de définir un standard commun pour une simple prise de raccordement ?

Que penser d’un pays européen qui réduit sa production d’électricité nucléaire mais construit des nouvelles centrales à charbon ?

Comment un industriel peut-il planifier une action à long terme alors que l’environnement règlementaire et fiscal change tout les six mois ?

Dans ce contexte d’agitation désordonnée, la planète Terre continue sur sa lancée, ce qui en terme d’énergie signifie pétrole, gaz naturel, et charbon, pour plus de 80% de la consommation.

Force est de constater que l’énergie la plus dynamique en terme de croissance est le Charbon, dont la consommation a été multipliée par 1,7 de puis 2 000.

C’est l’énergie la moins chère, et les réserves sont considérables, évaluées à 700 Milliards de tep.

Au rythme de la consommation actuelle ( 3,7 Md tep/an ) il y en a pour 190 ans.

Et que dire des gaz de schiste…

Il est clair que les recommandations du GIEC ne pèsent pas lourd devant les impératifs économiques; l’augmentation des émissions de CO2 n’empêchent aucun décideur de dormir.

De ce constat germe l’idée que l’abandon des énergies fossiles au niveau mondial n’est pas pour demain matin, vraisemblablement pas avant la fin du présent siècle.

Ce qui tout naturellement induit une moindre pression sur l’urgence de la transition énergétique qui, de nécessité vitale, devient un « simple » problème de déficit de la balance du commerce extérieur et de négociations de quotas de pollution.

Il semble bien que le Gouvernement français partage cette vision des choses.

Bien sûr l’expression de ses volontés réelles est nécessairement tempérée par la nécessité de ne pas renier trop brutalement les promesses électorales de la campagne présidentielle de 2012, et de ne pas compromettre la future campagne de 2014, mais on peut facilement lire entre les lignes quel est le fond de la pensée du Président:

La future « contribution » climat-énergie confirme l’accent prioritaire sur les économies d’énergie incitées et contraintes.

La charge des dépenses de développement des énergies durables reportée en partie sur les bénéfices du nucléaire implique la poursuite de celui-ci, et peut même être interprétée comme une sorte de chantage, « Si vous voulez du renouvelable il faut accepter le nucléaire ».

( Quant au problème de savoir qui paiera pour la sécurisation des réacteurs existants, il relève du jeu de la chaise musicale…).

Dépouillé des derniers oripeaux de la campagne présidentielle, ce programme ne surprendra que les faux naïfs semblables aux enfants qui feignent de croire au Père Noël pour continuer de recevoir des cadeaux…

En somme, dans la course à la transition énergétique, il y a lieu de se hâter lentement.

Un illustre prédécesseur n’avait-il pas pour devise: «il faut donner du temps au temps » ?

Repost 0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 12:14

19 Septembre 2013

Le véhicule électrique figure dans la liste des trente-quatre plans de Monsieur Montebourg et il faut s’en réjouir.

Il y figure à plus d’un titre puisque pas moins de huit des trente-quatre plans y sont directement ou non consacrés:

- La voiture pour tous consommant moins de deux litres aux cent kms.

- Les bornes électriques de rechargement.

- L’autonomie et la puissance des batteries.

- Les véhicules à pilotage automatique.

- Les logiciels et systèmes embarqués.

- Les réseaux électriques intelligents.

- Les objets connectés.

- Les services sans contact.

Ce gouvernement marque ainsi clairement son intention de soutenir ce secteur, ce qui confirme un engagement écologique en cohérence avec l’abandon programmé des produits pétroliers et du gaz naturel, exigence essentielle de la transition énergétique.

(Dans un futur identifiable les transports terrestres utiliseront l’énergie électrique en synergie avec les biocarburants).

Les mérites de la voiture électrique sont multiples:

D’abord elle constitue une solution radicale au problème de la pollution de l’air de nos cités par les gaz d’échappement. Certes, ce remède ne deviendra vraiment efficace que lorsque seront écartés de nos villes les véhicules thermiques polluants, ainsi que les appareils de chauffage utilisant du fuel ou du gaz naturel.

Dans une période intermédiaire la coexistence sera assurée grâce à l’application drastique de normes antipollution et/ou des limitations du droit de circulation.

Le chauffage au bois, bien que renouvelable, devra lui aussi être dépollué.

Tout cela prendra du temps, et le bénéfice écologique de la voiture électrique sera différé d’autant.

Mais le mouvement est lancé, et c’est essentiel.

Par ailleurs, la propulsion électrique est un des éléments de la conquête de l’indépendance énergétique, puisqu’elle réduit la consommation primaire de carburants fossiles.

Il va de soi que cet argumentaire ne vaut que si l’électricité n’est pas produite par des centrales thermiques au fuel ou au Gaz ( nous ne parlons même pas du charbon ou du lignite si cher à nos amis d’outre-Rhin, ni du Gaz de schiste encore plus diabolique) !

Cette électricité ne saurait donc provenir à terme que de centrales nucléaires et/ou de parcs d’énergie renouvelable, le choix entre les deux solutions dépendra de l’opinion, pour autant qu’on lui pose la question…

Il est des évidences qu’il n’est pas inutile de marteler.

Actuellement, en France, la production des énergies nouvelles est très modeste, rouler électrique c’est donc plébisciter le nucléaire, ou bien faire fi du CO2 en encourageant l’électricité thermique fossile !

Décidément, adopter un comportement écologique est un exercice difficile, où il est encore une fois démontré que mettre la charrue avant les bœufs n’est pas la meilleure méthode pour obtenir l’efficacité environnementale.

On peut en effet se demander s’il est vraiment raisonnable de développer un marché de la voiture électrique avant de disposer d’une source propre et durable pour recharger les batteries !

Heureusement les énergies renouvelables ne sont pas oubliées par Monsieur Montebourg, qui leur consacre trois plans sur trente-quatre:

- Les énergies renouvelables (sans plus de précision).

- Les industries du bois.

- La chimie verte et les biocarburants.

On aurait apprécié un ou deux plans particuliers pour l’éolien et le solaire, et un autre pour le stockage de l’énergie électrique, mais il faudra se contenter du plan générique sur les énergies renouvelables, on comprend qu’il est délicat d’anticiper sur le programme de la transition énergétique, repoussé après les élections du printemps 2013, comme chacun sait.

Il nous reste à espérer que l’électricité renouvelable sera disponible en quantité avant que nous ne soyons contraints de construire trois ou quatre réacteurs nucléaires pour recharger les batteries de nos chères bagnoles…

Mais ne nous égarons pas.

Le véhicule électrique présente encore d’autres avantages:

L’électrification du parc roulant contribuera directement à la réduction des émissions de CO2, aux conditions précédentes, est-il besoin de le rappeler.

Enfin, les batteries du parc des véhicules électriques pourront constituer une réserve tampon d’énergie dont le stock pourra être sollicité à travers le réseau intelligent, après consultation et accord du fournisseur occasionnel bien entendu.

(Lequel réseau intelligent constitue justement l’un des 34 plans sélectionnés).

Deux millions de véhicules électriques pourraient fournir pendant une heure une puissance équivalente à celle de onze réacteurs nucléaires, à raison de 5 kWh par véhicule (une misère), ce qui pourrait constituer un appoint appréciable en période de pointe de consommation.

Cette possibilité est considérée sérieusement comme élément constitutif d’une structure de compensation de l’intermittence des renouvelables, avec le pompage turbinage et le stockage de l’Hydrogène.

La voiture, quel que soit sa technologie, est inséparable de la structure dans laquelle elle doit évoluer, et en particulier du réseau de ravitaillement en carburant, fut-il électrique. L’absence de réseau de recharge rapide des batteries suffisamment dense et normalisé constitue un obstacle au développement du marché du tout électrique hors de la cité. Les constructeurs ont donc misé sur l’hybride pour toucher la clientèle la plus large possible. Après quelques erreurs de positionnement la solution la mieux adaptée à la situation actuelle semble être un châssis électrique avec un prolongateur d’autonomie thermique. La batterie possède une capacité convenable de l’ordre de 15 kWh, qui reste d’un poids raisonnable tout en autorisant une autonomie électrique de 50 à 80 km. Le prolongateur d’autonomie intervient au-delà pour recharger la batterie, Il ne participe pas directement à la propulsion du véhicule.

C’est cette solution qui donne aujourd’hui le meilleur compromis coût-prestations-commodité d’emploi. Elle peut constituer un moyen crédible de développer le marché en étant autre chose qu’une seconde voiture ou une simple citadine, en attendant les futurs progrès des batteries et du réseau de rechargement ( > 2030 ?).

On peut penser qu’elle constitue une bonne base de départ pour obtenir la consommation inférieure à deux litres aux cent kms, objet d’un plan particulier.

Les perspectives semblent donc favorables pour exploiter la synergie entre l’électricité et les biocarburants.

Il n’en demeure pas moins que, même si l’autonomie et les performances s’améliorent, la voiture électrique restera longtemps plus chère que son homologue à moteur thermique, et ceci pour plusieurs raisons:

Aujourd’hui l’acheteur d’un tel véhicule bénéficie d’une aide financière de 7 000 euros, plafonnée à 30% du prix TTC augmenté du prix de la batterie si elle est en location.

Cette largesse est possible pour un marché de quelques milliers de véhicules par an, mais deviendra intenable si la demande dépasse cent mille unités annuellement (C’est l’objectif visé), elle devra alors être sérieusement amputée et l’acheteur devra payer le vrai prix.

Tout produit industriel nouveau de grande consommation passe par une phase d’apprentissage avant d’atteindre le régime de production qui le place à égalité de productivité avec la concurrence déjà installée. La voiture électrique ne propose pas un service différent de son homologue thermique, sur ce point elle est plutôt en retrait. Elle aura donc à se battre sur un marché déjà occupé par des produits bien maîtrisés et donc au prix de revient plus favorable, et offrant de meilleures performances.

Le problème de la batterie vient aggraver la situation.

Sur un véhicule thermique il y a également une batterie, mais sa technologie bien rodée et sa faible capacité en font un produit dont le remplacement est fort peu onéreux ( son prix est comparable à celui d’un pneu).

Il en va différemment sur un véhicule électrique. La batterie est un organe très onéreux dont le remplacement sera une lourde dépense. Aujourd’hui le coût est de l’ordre de 500 euro le kWh, soit 7 500 euros pour 15 kWh. Evidemment ce coût diminuera fortement en phase de production de volume, mais quand ? Et de combien ? Les prévisions restent vagues en raison de l’incertitude sur la croissance du marché et sur l’évolution de la technologie des batteries, on parle de 200 euro en 2020.

Certains constructeurs proposent une garantie de 5 ans ou 100 000 km sur la batterie Lithium-ion. Ce sont précisément les conditions auxquelles on songe à revendre le véhicule. C’est donc l’acheteur de la voiture en occasion qui devra supporter le coût d’un changement de batterie, la cote risque d’en être sérieusement affectée.

On peut discuter de l’opportunité de parler de voitures électriques d’occasion alors que le marché du neuf ne fait que démarrer. Mais l’usager avisé choisit un véhicule neuf aussi en fonction de sa valeur de reprise ou de revente.

D’autant plus qu’en cinq ans la technologie du véhicule électrique aura évolué, avec un impact négatif supplémentaire sur la cote des occasions.

Oui mais, diront les inconditionnels, on économisera sur le carburant.

C’est vrai si l’on considère la recharge de la batterie au domicile et au prix du courant domestique distribué au tarif règlementé. Mais qui peut préjuger du prix qu’il en coûtera à l’usage des bornes de rechargement en ville, gérées par des entreprises privées, et du surcoût de la taxe sur les produits énergétiques (aujourd’hui la TICPE sur les produits pétroliers) qui ne manquera pas d’être appliquée, sans oublier la taxation progressive de l’énergie, qui tiendra compte de la consommation de recharge des batteries à domicile.

Le véhicule électrique est une solution technologique et écologique performante, à condition d’être utilisé au sein d’une structure bien maîtrisée à la fois au plan technique, notamment de l’origine de l’énergie et de l’interface avec le réseau intelligent, et au plan économique pour la politique d’incitation, la gestion tarifaire de l’énergie électrique dédiée, et la règlementation de l’interface avec le réseau.

Toutes choses qui, aujourd’hui, n’ont encore reçu aucun début de commencement d’éclaircissement.

Du pain sur la planche pour les huit plans précités…

Repost 0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 16:12

13 Septembre 2013

Depuis bien des lurettes les augures nous prédisent des lendemains énergétiques tourmentés et onéreux.

Leurs prédictions ne manquent pas de fondements crédibles: Epuisement des ressources fossiles, coût des importations devenu intolérable, obligation de réduire les émissions de CO2, nécessaire recherche de l’indépendance énergétique, lutte contre la pollution de l’air de nos cités, etc….

Ces menaces ont induit aux plus hauts niveaux une prise de conscience de la nécessité d’un grand aggiornamento se traduisant par un vaste projet de transition énergétique.

Transition rendue concevable, faut-il le rappeler, grâce à l’existence de diverses sources naturelles d’énergie disponible en quantité illimitée, renouvelables, dépourvues des inconvénients des fossiles, facilement accessibles partout dans le monde, et dispensées de royalties.

Par un étonnant retour des choses, nous sommes désormais conviés à nous détourner des idoles chtoniennes que furent le pétrole, le charbon et le gaz naturel durant deux siècles, pour revenir à ce qui fut notre seule source d’énergie dans les temps anciens, le Soleil, qui nous dispense ses bienfaits sous les formes variées engendrées par son rayonnement: Energies Calorifique, photovoltaïque, éolienne, hydraulique, et bien entendu la vie sous la forme de biomasse.

Du sein de la Terre nous conserverons la géothermie, peu suspecte d’engendrer des calamités, à condition toutefois de prendre certaines précautions ( La radioactivité n’est jamais bien loin…).

L’énergie nucléaire occupe une place à part.

Elle est source de vie lorsqu’elle émane du Soleil, mais devient source de mort et de destruction lorsque l’on tente de la reproduire sur Terre.

Le mythe de Prométhée aurait-il quelque rapport prémonitoire avec l’Histoire moderne ?

En ce domaine l’Homme devra choisir la bonne voie, mais aura-t-il assez de sagesse pour voir au-delà de ses intérêts immédiats ?

Aurons-nous retenu quelque chose de la sagesse des anciens ?

La grande transition énergétique qui est devant nous ne consistera pas « seulement » à remplacer une énergie par une autre, mais bien de réformer nos modes de vie et nos comportements vis-à-vis de cette denrée jusqu’à présent perçue comme inépuisable et relativement bon marché.

Il est vite apparu que cette vaste réforme n’irait pas de soi. Il ne s’agit pas d’une manœuvre de sous-préfecture, mais bien d’une démarche mondiale qui suppose l’adhésion des Etats des pays développés et en voie de développement, dont les intérêts sont souvent contradictoires. De grandes pesanteurs viendront ralentir les projets. Les multinationales de l’énergie, dont le fonds de commerce repose sur les fossiles, ne renonceront pas sans lutter à leurs privilèges. Les pays émergents, gros consommateurs potentiels d’énergie, n’accepteront pas de remettre à plus tard leur marche vers le progrès. Les industriels et les consommateurs, satisfaits aujourd’hui par une énergie encore disponible à coût raisonnable, ne s’empresseront pas de changer leurs habitudes ni d’investir dans une reconversion complexe et onéreuse s’il n’y sont pas expressément obligés.

Car tout cela va coûter extrêmement cher, on parle de dizaines de milliers de milliards, il y aura beaucoup à perdre en cas de mauvais choix.

Pendant la période de transition, qui peut durer plusieurs décennies, il faudra garder deux fers au feu. D’une part développer la production des énergies durables, leur distribution, et les utilisations associées, et d’autre part continuer à satisfaire les besoins avec les énergies conventionnelles, qui ont encore de beaux jours devant elles, leur épuisement étant sans cesse repoussé à une date ultérieure.

Dans ce contexte peu favorable, les énergies nouvelles, malgré leur intérêt reconnu par tous, peinent à conquérir la place qui leur revient sur le terrain.

La France n’échappe pas à cette contradiction. Notre pays dispose de grandes possibilités d’exploitation des énergies renouvelables, et de plus doit importer à grands frais la totalité de ses produits pétroliers et de son gaz naturel. Deux excellentes raisons d’accélérer la transition énergétique.

Et pourtant l’enthousiasme est absent.

On peut trouver à cet attentisme une explication:

Nos modes de consommation énergétique ont été adoptés à une époque d’énergie abondante et très bon marché. Cette époque est révolue, nous devons désormais modifier profondément nos habitudes, et ceci concerne tous les domaines de la société depuis les transports jusqu’à l’habitat en passant par l’urbanisme, les déplacements, les loisirs, les communications, l’industrie, l’agriculture, etc…

Il s’agit en fait d’une véritable transition sociétale.

Notre société technologique est un gouffre énergétique, un seau percé qu’il serait vain de chercher à remplir sans avoir d’abord colmaté les fuites.

Au rythme actuel d’accroissement de la consommation, les énergies nouvelles seront définitivement incapables de fournir les besoins.

L’urgence est clairement dans la recherche des économies d’énergie, avant même de chercher à savoir par quoi on va remplacer le pétrole et/ou le nucléaire.

Mais cette démarche d’économie n’est pas spontanée. Elle implique des renoncements à des modes de vie insouciants, et surtout elle exige des investissements importants non disponibles en période de crise. Il faudra une à deux décennies, voire davantage, pour améliorer significativement la performance énergétique de la maison France.

Sont concernés l’isolation thermique des bâtiments de toute nature, la réduction de la consommation des véhicules thermiques, le développement du véhicule électrique, des réseaux de chaleur dans le collectif, la rationalisation des usages de l’énergie ( réseaux intelligents, domotique, délestage ), des déplacements ( covoiturage, télétravail ), le développement des réseaux de transports collectifs maillés, de la cogénération, des grands réseaux d’interconnexion internationaux, etc…

Ce « grand chambardement » est un préalable à l’introduction sur une grande échelle des énergies nouvelles qui ne seront efficaces que si les infrastructures sont préparées à les recevoir.

Il s’agit en somme de ne pas mettre la charrue avant les bœufs.

Se hâter lentement peut se révéler une bonne stratégie, sans pour autant négliger les travaux de recherche et développement des outils nécessaires à l’exploitation des nouvelles énergies, éoliennes, hydroliennes, centrales solaires à concentration, panneaux photovoltaïques hybrides, méthaniseurs, biocarburants de deuxième et troisième génération, filière hydrogène, petit hydraulique, industrialisation de la filière bois, biocarburants, géothermie, et surtout procédés de stockage de l’énergie électrique indispensables pour compenser l’intermittence des nouvelles sources.

De nombreuses questions restent encore pendantes, qui devront être résolues avant qu’une stratégie de transition soit arrêtée. Les deux principales sont le stockage de l’électricité, et le basculement sur l’électricité de nombreux processus industriels utilisant aujourd’hui des produits pétroliers ou du gaz naturel, et qu’il faudra abandonner un jour.

Ce basculement pose un problème de faisabilité et d’accroissement considérable de la demande électrique.

Par exemple sur 82 Mtep de consommation de produits pétroliers, seulement une faible partie est utilisée par la branche énergie ( pour produire 25% des besoins électriques, avec le Gaz). Le reste est consommé par l’Industrie, l’Agriculture, les applications non énergétiques (pétrochimie ), et surtout les transports.

Une grande partie de cette demande devra basculer sur les énergies nouvelles, c’est-à-dire sur l’électricité. Comment ? Avec quelles technologies ? A quel rythmes ? Avec quels financements ?

Le basculement sur le gaz naturel n’est évidemment qu’une posture d’évitement puisque c’est encore une source fossile.

Ces grandes questions ne sauraient être glissées sous le tapis, sous peine de brasser de l’air sans efficacité et d’aboutir à une grande kermesse énergétique qui laisserait le pays dans une situation de chaos.

Le Gouvernement cherche des solutions pour faire bouger les lignes et amorcer le basculement, la première des stratégies étant de réduire la consommation par le choix de la sobriété énergétique.

La pompe doit être amorcée grâce à des mesures à la fois incitatives et contraignantes, les démarches spontanées ne suffisant pas, et de loin, à atteindre les objectifs fixés.

Les technologies existent dans les domaines principaux que sont l’isolation thermique des bâtiments, les installations de chauffage et conditionnement d’air, de production d’eau chaude, les appareils électroménagers, la voiture électrique, la gestion domotique, la production individuelle d’électricité ( photovoltaïque et petit éolien), la cogénération.

L’obstacle à lever est bien entendu financier.

Tout cela coûte très cher et représente pour le consommateur un investissement important que la crise actuelle rend problématique.

L’Etat (c’est-à-dire nous-mêmes), déjà fortement endetté, ne peut soutenir financièrement ce secteur que s’il prélève les sommes nécessaires sur le contribuable.

Cette mutualisation de la dépense satisfait certes les bénéficiaires, mais mécontente les citoyens dont les faibles revenus ne leur permettent pas d’isoler leur logement, d’acheter une chaudière à condensation ou une auto électrique.

Le procédé a donc ses limites, on ne peut demander à des citoyens de payer pour des prestations qui seraient pour eux inaccessibles faute de revenus suffisants.

On se souvient des réactions de l’opinion lors de la tentative d’établir une tarification progressive de l’énergie.

Une nouvelle tentative est actuellement en cours, il s’agit de la contribution climat-énergie (CCE) dont la vocation serait plus générale, avec comme objectif le « respect de l’équité et de la solidarité du système de prélèvement français ».

Les recettes issues de la CCE seront redistribuées via le fonds de transition énergétique (ou fonds de conversion écologique).

C’est du moins l’engagement exprimé, acceptons-en l’augure.

Reste à savoir ce qu’il adviendra de la TICPE, de la CSPE, et bien entendu de la TVA sur le gazole.

Nous aurons l’occasion d’en reparler…

Repost 0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 17:26

9 Septembre 2013

En cette période de transition énergétique, durant laquelle vous et moi fûmes appelés à donner notre avis à travers le « Grand débat national » qui vient de se clore, il nous a paru intéressant de revenir sur le concept d’énergie, qui est tout de même au centre du débat.

Nous avons tous appris sur les bancs du collège que l’énergie se conserve.

C’est en quelque sorte une denrée inusable, durable dirions-nous aujourd’hui pour être à la mode.

Or dans les temps difficiles actuels nous sommes mis en demeure d’économiser cette énergie.

Comment pourrions-on économiser une denrée qui, par définition, est inusable ?

Les thermodynamiciens, qui sont des gens pointilleux, ont mis le doigt sur ce paradoxe et nous ont expliqué qu’en la matière nous devrions réviser notre approche sous peine de rester dans l’incohérence.

Ils nous ont expliqué que oui, dans l’absolu, l’énergie se conserve, mais qu’elle change d’aspect lors de ses utilisations. Ils ont introduit la notion d’énergie noble par opposition à une énergie qui serait peu efficace.

Au cours de ses tribulations l’énergie perd de ses quartiers de noblesse, sa « qualité » se dégrade.

La « noblesse » d’une énergie se mesure alors à sa faculté de fournir du travail mécanique. La part ainsi désignée comme noble est appelée « Exergie ».

A partir de maintenant nous sommes donc priés de raisonner non plus sur l’énergie, mais sur l’exergie.

C’est elle que nous devons économiser.

Ce concept n’est pas nouveau, il fut introduit à la fin du XIXè siècle (Duhem, Gouy,…) sous l’étiquette « énergie utilisable », et remis au goût du jour au milieu du siècle dernier sous son nom actuel d’exergie, nettement plus sexy.

Il est donc parfaitement orthodoxe de considérer l’exergie dans les calculs de rendements des systèmes, et en particulier dans la recherche des causes de pertes dans les différents sous-systèmes.

Mais l’approche exergétique est compliquée et doit être maniée avec précautions. Elle est encore assez peu utilisée dans l’Industrie car elle nécessite une solide formation de thermodynamicien sous peine de tomber dans l’erreur ou le contre-sens. Son introduction dans le domaine grand-public risque de créer une certaine confusion peu propice à la clarté des exposés.

A titre d’exemple voici la définition de l’exergie telle que la donnent les ouvrages spécialisés:

Fo = U + Po.V - To.S - Somme sur i ( uio Ni)

U est l’énergie interne.

S est l’entropie.

Po est la pression environnante.

V est le volume.

To est la température environnante.

Ni est le nombre de moles.

Uio est le potentiel chimique.

Fo s’exprime également selon les cas en fonction de l’enthalpie, de l’énergie libre, ou de l’enthalpie libre.

Toute notions qui sont évidemment hermétiques au commun des mortels et donc de nature à creuser encore un peu plus le fossé d’incompréhension entre les spécialistes et le grand public.

Il faudra décidément un grand effort de communication pour faire accepter cet aggiornamento exergétique en dehors des bureaux d’études.

Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 19:06

5 Septembre 2013

Ainsi donc les dés seraient jetés, nos panneaux photovoltaïques seront chinois.

Comme nos T-shirt, nos chemises, nos téléphones, nos Pocket-books, nos grille-pains, etc…n’en jetez plus; c’est aujourd’hui un exploit que de réussir à se procurer un objet de grande consommation qui ne soit pas fabriqué en Chine, en Inde, ou en extrême orient, l’objet manufacturé français étant carrément devenu une rareté pour collectionneurs.

S’attaquer au marché du solaire dans un telle ambiance de bérézina post industrielle était une démarche courageuse qui doit être saluée. Quelques industriels n’ont cependant pas hésité à sauter le pas, motivés par les soutiens européens au développement des énergies durables et par des politiques tarifaires incitatives de rachat de l’énergie produite.

Le panneau photovoltaïque étant un produit de grande consommation, ce qui devait arriver arriva. Les chinois, qui n’ont pas les deux pieds dans le même sabot et sont à la pointe de la recherche, ont entrepris de conquérir ce nouveau marché à leur manière, c’est-à-dire en s’appuyant sur leur marché intérieur et en cassant les prix à l’exportation, soutenus par leur gouvernement qui n’hésite pas à employer des moyens que « notre » morale réprouve.

Mais les économistes occidentaux n’ont-ils pas été les premiers à affirmer que le marché ne se préoccupe pas de morale ?

Dès lors que la part de main d’œuvre est importante et que le marché est ouvert, celui qui sous-paye ses ouvriers et qui « oublie » les charges sociales est certain d’occuper une position dominante sur le secteur.

Un instant d’illusion a pu faire croire à la prévalence de l’excellence de nos produits sur les fabrications chinoises de masse préjugées de basse qualité. Il a vite fallu déchanter devant les comportements d’acheteurs qui ne se préoccupent que du montant de l’investissement et de son rapport, et pour qui le solaire est perçu comme un placement financier et non comme une démarche éco-citoyenne. Quant à la qualité des panneaux, elle se constate sur la durée (10 à 20 ans) et à l’instant zéro tous les chats sont gris.

Le panneau chinois arrivant donc en Europe à un prix de braderie, les quelques industriels locaux ne peuvent que jeter l’éponge et adieu veaux, vaches, cochons, couvées. Les dépôts de bilans ne se comptent plus.

Nos amis chinois se sont donc installés sur la place sans rencontrer de concurrence significative.

Dès lors la seule défense restait non pas l’attaque, mais la taxe.

L’Europe a bien tenté de sauver les meubles en négociant sur un prix minimum et un volume maximum d’exportations chinoises: Un accord bancal s’est fait sur 0,56 euros par Watt fourni et 7 Gigawatts max chinois sur le marché européen.

Selon les industriels européens ce prix de 56 centimes est inférieur à leur coût de production (on parle de 65 à 75 centimes). Comme de plus les aides publiques aux énergies renouvelables sont en baisse, l’avenir paraît assez sombre pour le solaire « bien de chez nous » .

Nos coûts de production conviennent décidément mieux aux produits de luxe qu’aux biens de grande consommation.

Cette affaire de panneaux solaires est un cas d’école. Son évolution dans les prochains mois sera révélatrice de la capacité de l’Europe à tenir son rang dans le peloton des promoteurs des énergies nouvelles, en tant que fournisseur d’équipements et non pas seulement comme client de la Chine et de l’Extrême Orient.

Veillons à ne pas reproduire ce scénario catastrophe avec le marché de la voiture électrique, où la batterie jouerait le rôle du panneau photovoltaïque.

Et n’oublions pas que les asiatiques fabriquent aussi d’excellentes éoliennes…

Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 18:17

5 Septembre 2013

Le grand débat national sur la transition énergétique est donc clos.

Dans l’indifférence générale à la fois du grand public ( était-il seulement informé de l’existence de cette consultation ?), et des médias dont l’unanimité dans la discrétion ( à la limite de l’indifférence) a été remarquable.

Certes, de nombreuses réunions publiques ont été organisées et chacun pouvait donner son avis sur un site ouvert à tous.

Le site en question a recueilli exactement 1 157 messages ce qui, dans un pays de 70 millions d’habitants, frise le zéro absolu surtout lorsque sont mis de côté les avis fantaisistes ou hors sujet.

Pour une fois que les pouvoirs publics offrent aux usagers la possibilité de s’exprimer ailleurs qu’au comptoir du bistrot on ne peut pas dire que c’est un franc succès.

Et pourtant que n’a-t-on entendu au sujet du référendum d’initiative populaire !

Peut-être nos compatriotes espèrent-ils davantage des grandes démonstrations de rues avec banderoles ou les « sit-in » dans les champs.

On aurait aimé pourtant voir le site saturé par un flot de protestations contre le maintien du nucléaire, où sont donc passés les contempteurs de l’électronucléaire ?

Toujours est-il qu’à la suite de cette grande opération qui se voulait de com une synthèse a été produite, qui contient en filigrane l’essentiel du futur programme de transition énergétique de ce gouvernement et servira de base à l’élaboration de la loi programme.

Nous en recommandons la lecture à tout citoyen puisqu’il paraît qu’un homme averti en vaut deux.

Que l’on se rassure, ce document n’est pas un brûlot, on y retrouve l’essentiel des choix déjà connus.

La confirmation de l’électronucléaire transparaît dans la formulation du programme de développement de la production électrique:

« …S’appuyer sur le patrimoine que constituent le réseau électrique et les installations de production d’électricité décarbonée ». ( page 30)

Qu’en termes galants ces choses-là sont dites…Si la formulation est alambiquée, les intentions sont claires, confirmées par le détail des actions à mettre en œuvre dans ce domaine.

L’accent est mis sur le développement de la biomasse, valorisation des déchets et filière bois.

Etrangement cette synthèse est très discrète sur l’éolien et le photovoltaïque, qui semblent réservés à des cas exotiques comme les territoires ultramarins.

Mais une hirondelle ne fait pas le printemps, et un rapport de synthèse n’est pas une loi programme.

Du grain à moudre pour l’hiver prochain…

Repost 0
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 10:46

La voiture électrique, ou de la lenteur du progrès.

31 Juillet 2013

M.Charles Escoffery, physicien américain, a présenté une automobile propulsée par l’énergie solaire.

Ce véhicule est équipé d’un panneau de cellules de 2,42 m² disposé sur le toit. Il se compose de 10 644 éléments au Silicium de 1 cm sur 2 cm montés sur un support en fibre de matière plastique.

L’énergie recueillie est emmagasinée dans des batteries au Plomb-acide qui permet une autonomie d’environ 100 km à la vitesse de 32 km/h.

Le point faible est le temps de recharge de la batterie, qui est de 50 heures.

Précisons que cette information est extraite du N°171 de la revue « Atomes » de Novembre 1960.

Dans le N°164 de la même revue nous pouvions lire:

« Dès 1952-1954 des prototypes de voitures électriques de tourisme comportaient des générateurs électriques actionnés par un moteur à explosion, et alimentant des moteurs électriques de traction.

Sur un modèle français, il y a quatre moteurs (électriques) reliés directement aux roues et un moteur à essence classique tournant à régime constant .

……

Des ingénieurs français ont réalisé des installations de propulsion électrique alimentées par des batteries d’accumulateurs Argent-Zinc assurant un rayon d’action supérieur à 150 km.

…….

Un prototype américain présente un rayon d’action de 80 km pour une vitesse de 80 km/h. Il est propulsé par deux moteurs de 3,2 CV alimentés en 48V. La batterie au Plomb possède une capacité de 260 Ah pour un poids de près de 300 kg »

Fin de citation.

Le concept de la voiture électrique était donc parfaitement connu et expérimenté dans son architecture moderne il y a déjà plus d’un demi siècle.

A cette époque (1960) il ne faisait aucun doute que l’automobile entrait enfin dans l’ère électrique, et que les problèmes de « rayon d’action » et de poids des batteries seraient promptement résolus.

On sait ce qu’il en a été. Ce fameux rayon d’action est toujours aussi minable et la batterie, bien qu’ayant progressé, reste la pierre d’achoppement. Même les crises pétrolières ont été impuissantes à créer le mouvement vers l’électrique.

Quant aux clients, ils ne sont guère pressés d’abandonner l’essence ou le gazole pour l’électricité qui ne leur apporte que des restrictions d’usage.

Il est de plus en plus probable que cette situation perdurera jusqu’à l’épuisement des réserves pétrolières, portant le prix des carburants à des niveaux inaccessibles pour le commun des mortels.

Entre-temps des solutions de remplacement seront proposées, comme les agro-carburants, le gaz, divers carburants de synthèse, qui permettront de repousser l’échéance fatale au-delà du présent siècle.

Pour imposer la voiture électrique il faudra autre chose que des publicités sur papier glacé.

Il faudra d’abord beaucoup de patience et de communication car ce mode de propulsion implique de renoncer à ce qui fait pour beaucoup l’attrait de la « bagnole »: insouciance, liberté, vitesse, accélération, frime, devront être remplacées par conduite apaisée, économie d’énergie, prévoyance, gestion intelligente.

Toute une éducation à refaire, ce qui peut prendre deux générations.

Quelques mesures incitatives seront nécessaires pour accélérer le mouvement: augmenter la fiscalité sur les carburants fossiles, créer une taxe carbone progressivement dissuasive, mettre en place des zones d’exclusion, détaxer le carburant électrique, etc…

Mais quand on voit déjà les difficultés rencontrées dans la mise en oeuvre des ZAPAS, ou simplement les hésitations du Gouvernement à aligner la TICPE du gazole sur celle de l’essence, il est facile de comprendre que nous n’avons pas grand’chose à attendre de l’efficacité de mesures incitatives édulcorées.

Faut-il nous donner rendez-vous en 2070 pour faire un nouveau point sur le véhicule électrique ?

C’est bien possible…

Repost 0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 20:12

21/06/2013

Un grand débat National, c’est très démocratique, mais qu’en attendre exactement ?

Le citoyen peut être impliqué à deux titres:

D’abord en tant qu’électeur. Il est censé pouvoir donner son avis sur les grands choix de société, mais encore faut-il qu’on lui pose la question constitutionnellement, c’est-à-dire par le moyen du référendum.

En l’occurrence, sur la politique énergétique.

Or, à notre connaissance, il n’est prévu aucune consultation de cette sorte sur les grands choix stratégiques.

Quant aux élections présidentielles, qui sont le seul vrai moyen (en l’absence de référendum) de tenter d’influencer les choix de société en changeant la couleur politique du Gouvernement, l’expérience a montré l’inefficacité du procédé.

Le Gand Débat National sur la Transition énergétique a une vocation pédagogique et se veut un organe de transmission du citoyen vers les décideurs, sans pour autant prétendre se substituer à une consultation ayant valeur de référendum.

La voix du citoyen y a donc valeur d’information sur l’état de l’opinion, sans plus.

L’autre implication du citoyen se manifeste par ses choix personnels dans le cadre de sa vie familiale et/ou professionnelle, et à l’intérieur des limites imposées par la législation.

Dans cette optique sa participation à la transition énergétique peut revêtir divers aspects:

Il peut adopter une attitude passive, ne rien changer à ses habitudes de consommation énergétique, se borner à évoluer sous la contrainte de la règlementation, de la pression fiscale ou de l’augmentation du prix de l’énergie, ou encore selon son appréciation de ses propres intérêts.

Mais il peut également décider d’agir sans attendre d’y être contraint par la règlementation ou les circonstances. Il doit alors travailler dans deux directions:

- Réduire sa consommation énergétique.

- Choisir d’utiliser la ou les énergies qui lui paraissent les mieux appropriées.

Pour la première direction il s’agit d’une remise en question de ses modes de vie, d’une modernisation des ses équipements, et d’une amélioration des performances thermiques de son logement. Les objectifs sont clairs, les moyens d’y parvenir aussi, reste le problème financier. Chacun fera selon ses moyens et les aides éventuelles de l’Etat, certaines dépenses pouvant être mutualisées.

Par contre pour la seconde direction, le choix des énergies, les critères de choix sont loin d’être évidents:

- Faut-il tout miser sur le gaz, qui paraît avoir le vent en poupe ?

- Faut-il au contraire favoriser l’électrique, à cause de son appartenance aux sources renouvelables ?

- Faut-il renoncer définitivement au fuel domestique, et donc aussi au gazole ?

- Faut-il se convertir à la voiture électrique ou revenir à l’essence à cause de l’avenir des biocarburants ?

- Faut-il adopter le bois-énergie, et dans quelles proportions ?

- Faut-il aller vers le photovoltaïque, malgré son faible rendement ?

- Etc…

Dans ce domaine le citoyen se trouve livré à lui-même et manque de directives à long terme claires de la part de l’Etat, notamment sur les politiques tarifaires, sur l’évolution des règlementations et de la fiscalité.

Donc là aussi le citoyen voit son rôle limité par manque de visibilité, car trop de choix tue le choix.

Le consommateur se voit alors investi d’une responsabilité qu’il n’est pas préparé à exercé, et se demande parfois ce qu’on attend de lui dans ce débat.

Lui laisser entendre qu’il peut avoir un pouvoir de décision sur les grands choix comme le Nucléaire ou les gaz de schiste est une supercherie, ses choix dans ces domaines ne pouvant être qu’idéologiques, eu égard à sa méconnaissance bien normale du fond du problème.

Or une discussion nationale sur des choix idéologiques ne peut déboucher sur rien de bien constructif, sinon sur un clivage de plus.

Qu’on en vienne donc rapidement au projet de loi sur la transition énergétique, qui donnera enfin une base concrète de discussion plutôt que de continuer à disserter sur la queue de la comète.

Repost 0