Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 18:42

25 Novembre 2010

On évalue à trois milliards le nombre de personnes qui n’utilisent pas les combustibles fossiles pour cuisiner ou se chauffer. Leurs combustibles naturels sont le bois de coupe, le petit bois, les brindilles, les résidus de récoltes, ou les bouses séchées. Ces produits sont brûlés dans des dispositifs rudimentaires tels que feux ouverts ou fourneaux en boue séchée, qui sont fortement émetteurs de produits de combustion incomplète: particules de suie ( carbone noir ), méthane, et autres précurseurs d’ozone, dont de nombreux toxiques. En sus du dioxyde de carbone bien entendu.

Malgré leur faible durée de vie dans l’atmosphère ( quelques semaines ) , le volume considérable émis se traduit par une couverture permanente ( car renouvelée ) visible depuis l’espace ( voir photo ). Le nuage stagnant au-dessus de la région Inde-Chine s’étend sur une surface comparable à celle des Etats-Unis, sur une épaisseur de deux à trois kilomètres.

 

Brown-cloud_nasa-image.jpg

 

 

Il est composé pour 2/3 des résidus de combustion de biomasse, et pour 1/3 de la combustion des énergies fossiles.

Ces composants polluants contribuent à la part anthropique de l’effet de serre à hauteur de 30 à 50%, le reste étant la part du CO2. Les chiffres exacts de la répartition sont encore imprécis et font l’objet de programmes de mesures par satellites.

Ce fameux nuage brun d’Asie ignore évidemment les frontières. La circulation atmosphérique se charge d’en faire profiter le reste du monde au gré des courants et des turbulences.

Dans les régions comme l’Inde et la Chine, où la concentration humaine est maximale, le nuage est présent en permanence, avec des effets « secondaires » néfastes. Fonte des neiges et glaces par noircissement et changement d’albedo, déforestation induisant un déficit du bilan CO2, mais aussi fort impact sur la santé des populations. Les Nations Unies évaluent à un million et demi le nombre de morts causés chaque année par cette pollution.

Le programme SURYA , soutenu par les Nations Unies, se propose d’apporter une solution à ce problème par une modification des conditions d’utilisation de l’énergie. Il s’agit essentiellement de promouvoir des méthodes « propres » pour le chauffage et la cuisson. L’idée n’est pas neuve, mais elle a toujours été appliquée à petite échelle et de manière sporadique.

 

cuisine-tradirionnelle.png

 

four-solaire-familial.jpg

 

 

 Le projet SURYA est un programme scientifique de grande échelle qui sera décomposé en trois phases:

Une première phase pilote 2009/2010 , pour la validation des procédures. Cette phase est terminée.

Une seconde phase, 2011/2013, intéressant un ensemble de 50 000 personnes dans le Nord de l’Inde.

Une troisième phase, 2014/2020, visant à l’élargissement de la zone de confirmation, avec extension à d’autres régions comme l’Afrique, l’Asie, et l’Amérique latine.

De nombreux scientifiques de toutes disciplines sont impliqués dans ce projet , de nombreuses stations de mesures au sol sont prévues, en liaison avec le « petit train de la NASA » . Pour les détails, voir ici:

 

http://www.projectsurya.org/

 

http://csc.gallaudet.edu/soarhigh/A-TrainExplain.html

 

L’intérêt d’un tel projet, outre une amélioration du confort et de la santé des populations, et une action contre l’effet de serre anthropique, est l’obtention d’un résultat quasi immédiat et palpable.

En effet, alors que le CO2 possède une très longue durée de vie, et donc ne pourra diminuer que dans très longtemps, les produits sales de combustion ont une durée de vie très courte. Une action contre ces produits donnera des résultats quasi immédiats, facilitant l’adhésion des populations aux efforts demandés.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires