Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 09:34

26 Mars 2011


Nous consommons beaucoup d’électricité, 434 TWh en 2009.


Cette énergie provient pour 78% du nucléaire, pour 13% de l’hydraulique, et pour 7% de centrales thermiques classiques.


Le reste, c’est-à-dire 2%, provient des énergies nouvelles, essentiellement éolien et photovoltaïque.


Cette consommation se répartit en différents secteurs:


- Résidentiel/Tertiaire 284 TWh


- Industrie hors sidérurgie 123  


- Sidérurgie 12


- Transports 12


- Agriculture    3


La croissance de la demande d’électricité est constante:


305 TWh en 1990


392       en 2000


434       en 2009


Soit un taux de 1%/an environ.


Cette croissance est alimentée par le secteur Résidentiel/Tertiaire, elle est beaucoup plus modérée dans les autres secteurs de l’économie.


Sources: SOeS ( Service de l’Observation et des Statistiques)


Cette demande est appelée à croître encore plus à cause du prochain développement de la voiture électrique.


En 2020, la demande électrique sera de 477 TWh, si l’on considère un  taux de croissance de 1%/an.


On peut imaginer ( avec beaucoup d’imagination) que les énergies nouvelles seront capables de fournir 100 TWh/an ( 8 TWh aujourd’hui ), soit environ 21% des besoins électriques.


Il faudra donc faire appel aux énergies traditionnelles fossiles et/ou au nucléaire pour fournir les 317 TWh manquant.


Un retrait prématuré du nucléaire conduirait à la nécessité de construire un grand nombre de  centrales thermiques à flamme, fonctionnant au gaz ou au fuel.


( Aujourd’hui il y a 15 sites de production d’électricité thermique, qui fournissent 30 TWh/an. Il faudrait donc environ 150 sites supplémentaires pour remplacer nos centrales nucléaires vieillissantes ).


Cette équation n’a bien sûr pas échappé à EDF, qui anticipe les besoins en augmentant les capacités de production thermique:


- Installation de nouvelles turbines à Arrighi, Vaires-sur-Marne, et Montereau, pour 1 GW.


- Réactivation de centrales au fuel en sommeil: Porcheville, Cordemais, et Aramon, pour 2,6 GW.


- Autres projets d’ici 2012, pour 1,4 GW supplémentaires.



Les atermoiements autour du nucléaires se traduisent donc automatiquement par des constructions de centrales thermiques. EDF ne peut pas se permettre de mettre ses clients en panne.


Le principe de réalité reste incontournable…



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires