Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 18:06

 

 

8 Novembre 2010

Il existe une polémique autour d’un lien de cause à effet qui pourrait exister entre la température et le taux de CO2. Certains affirment que c’est l’élévation de la température qui cause l’accroissement du taux de CO2, d’autres soutiennent le contraire, évoquant l‘effet de serre.

Qu’en pensent ceux dont le métier est de mesurer l’un et l’autre ?

Voici un extrait des bases de données de la NOAA qui devraient apporter un éclairage scientifique à cet épineux problème:

http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/icecore/antarctica/vostok/vostok_co2.html

Fischer et al. 1999

Abstract:

 Air trapped in bubbles in polar ice cores constitutes an archive for the reconstruction of the global carbon cycle and the relation between greenhouse gases and climate in the past. High-resolution records from Antarctic ice cores show that carbon dioxide concentrations increased by 80 to 100 parts per million by volume 600 +/- 400 years after the warming of the last three deglaciations. Despite strongly decreasing temperatures, high carbon dioxide concentrations can be sustained for thousands of years during glaciations; the size of this phase lag is probably connected to the duration of the preceding warm period, which controls the change in land ice coverage and the buildup of the terrestrial biosphere.

Traduction du passage concerné:

«  Les enregistrements haute résolution des carottes glaciaires de l’Antarctique montrent que la concentration du dioxyde de carbone augmente de 80 à 100 ppm 600+/-400 ans après le réchauffement des trois dernières déglaciations. »

Le graphique suivant, montrant le taux de CO2 et la température tels qu’ils sont estimés à partir des mesures de carottes glaciaires sur 400 000 ans, n’est pas très concluant sur ce point. Certains auteurs proposent le scénario inverse. Il est vrai qu’un décalage de quelques centaines d’années ne peut pas apparaître clairement sur une échelle de temps aussi grande.

 IceCores1.gif

D’autre part, comme déjà vu précédemment, la datation des échantillons de glace manque d’autant plus de la précision nécessaire que l‘on s‘éloigne dans le passé.

Les données actuelles ne permettent donc pas d’affirmer qui, de la poule ou de l’œuf, a commencé le premier….

Encore une incertitude qui devra être levée au cours de la prochaine décennie.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires