Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 18:17
 
8 Avril 2013,
 
Dans l’article précédent nous avons présenté sommairement le rôle des fossiles moléculaires dans l’identification des origines organiques des différents pétroles.
 
Il existe un autre marqueur très important, qui est le Carbone 13.
 
Le Carbone possède trois isotopes:
 
C12, isotope stable le plus répandu.
 
C13, également stable mais existant en proportion très faible.
 
C14, isotope radioactif de période moyenne, environ 5 000 ans.
 
Pour faire des enquêtes sur des phénomènes très anciens comme la formation du pétrole, qui s’étend sur des centaines de millions d’années, C14 ne nous est d’aucune utilité car sa période relativement courte entraîne sa quasi disparition sur des échelles de temps très longues.
 
( Sinon que son absence constatée est déjà un indice de l’âge de l’échantillon).
 
Par contre C13 est fort utile car il est et reste présent dans tous les organismes vivants et se conserve au cours des transformations de la diagénèse.
 
C13 a fait l’objet de nombreux dosages dans la plupart des milieux qui intéressent la biologie.
 
Il est caractérisé par le paramètre dC13, qui est l’écart en 1/1000 de la déviation du rapport isotopique C13/C12 par rapport à une concentration de référence internationale.
 
( Le rapport isotopique de référence, égal à 0,011238, est défini très poétiquement à partir de la calcite d’un rostre de Belemnite de la formation géologique de Pee Dee en Caroline du Sud !) .
 
Le tableau suivant, d’après Trumbore et Druffel, 1995, donne les fourchettes des valeurs de dC13 pour les milieux indiqués.
Variations de dC13
 
 
On peut constater que pour les carburants fossiles le dC13 est dans la filiation des végétaux et des organismes marins, comme le prédit la théorie classique.
 
Pour un éventuel pétrole abiotique, qui descendrait donc des roches carbonatées, on devrait trouver une filiation du dC13 plus proche du zéro, donc très différenciée du produit conventionnel.
 
Et c’est encore plus marqué pour le Méthane.
 
Du grain à moudre pour les débats autour des réserves fossiles, mais svp plutôt autour d’un spectromètre de masse qu’autour d’une table de bistrot…

Partager cet article

Repost 0

commentaires