Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 11:18

 

06 Décembre 2011

Après le Vélib, voici l’Autolib.

Les promoteurs de ce nouveau service ( Le groupe Bolloré et la Ville de Paris) ont choisi de cumuler deux innovations: La voiture en libre service, et la motorisation tout électrique.

La voiture en libre service est déjà en soi une innovation importante, qui aurait pu se satisfaire d’une motorisation conventionnelle, ce qui aurait supprimé la nécessité d’infrastructures de rechargement très onéreuses.

Mais Bolloré a tenu à faire d’Autolib un banc d’essai pour ses produits, essentiellement les batteries, et de faire d’une pierre deux coups en bénéficiant de l’image High Tech de l’électrique, doublée de l’image écolo liée à l’absence d’émission de CO2.

Il leur faudra donc essuyer les plâtres d’un nouveau service, et d’une nouvelle technique.

Notons que les promoteurs de Vélib se sont bien gardés de faire le même choix. La force musculaire a été conservée, et les infrastructures sont réduites au minimum.

Autolib n’a pas encore vraiment démarré que déjà les opposants donnent de la voix:

Concurrence déloyale, selon les taxis, ce qui n’est pas faux eu égard aux aides financières dont bénéficie Autolib, et qui permettent de pratiquer des tarifs de complaisance.

Inefficacité environnementale, selon les écologistes, ce qui n’est pas faux puisque l’électricité nécessaire à la recharge des batteries est d’origine nucléaire ou fossile.

Encouragement au délaissement des transports en communs, et accroissement du nombre de véhicules dans la ville.

L’opposition la plus pertinente est sans doute celle des taxis, puisque Autolib chasse sur le même territoire une clientèle similaire.

Il y a environ 17 000 taxis à Paris. Le service Autolib prévoit 3 000 véhicules en 2014. Il s’agit donc d’une concurrence significative, qui ne peut qu’augmenter en cas de réponse positive de la clientèle.

Il faut donc s’attendre à des mouvements revendicatifs de la part des taxis pour obtenir des conditions de concurrence soutenables.

L’opposition des écologistes est en fait plus généralement dirigée contre le choix de développer les véhicules électriques alors que les énergies renouvelables ne sont pas encore disponibles, ce qui revient à mettre la charrue avant les bœufs. De ce point de vue ils ont parfaitement raison.

La voiture électrique apparaît alors comme un simple gadget High Tech pour geek argenté, sans aucun rapport avec le Grenelle de l’environnement.

L’argument de l’accroissement du nombre de véhicules dans la ville est contré par l’argument inverse d’Autolib, qui prétend remplacer 22 500 véhicules particuliers.

Les explications des uns et des autres sont vaseuses, seule l’expérience dira qui a raison.

Remarquons tout de même que si 22 500 personnes désirant se déplacer en voiture ont à se partager 3 000 véhicules, il y aura comme un problème.

L’expérience sera donc extrêmement intéressante à suivre, du triple point de vue d’un éventuel conflit avec les taxis, de l’accueil de la clientèle, et de la validité des choix techniques.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de doc zaius
  • : Suivi des problèmes environnementaux du moment. Analyses techniques . Comptes rendus avancements projets.
  • Contact

Recherche

Liens