Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 13:46

8 Avril 2011


L’idée d’intégrer des panneaux photovoltaïques dans la toiture d’une maison est un cauchemar d’ingénieur.


Les inconvénients sont si majeurs et évidents, que seul un shaddock pouvait avoir eu une telle initiative.


Face à un tel projet, le premier bureau de design venu peut avancer les objections suivantes:


- Vos panneaux vont être victimes de surchauffe.


En effet, la puissance reçue par l’installation atteint 1 KW/m2, ce qui fait environ 20 KW pour une installation moyenne.


La puissance électrique récupérés dépasse rarement 100 W/m2, et la puissance réfléchie, à peu près autant. Il reste donc 800 W/m2 de chaleur à évacuer, soit 16 KW au total.


Les panneaux intégrés au toit ne dissipent que par une seule face, c’est-à-dire très mal. La température de jonction va donc augmenter considérablement et flirter avec ( ou dépasser)  la valeur maximale préconisée par le fabricant.


La probabilité de panne va donc augmenter significativement et la durée de vie sera inévitablement réduite.


Conclusion du bureau d’études: Monsieur, je ne peux pas garantir les performances constructeur, il faudra prévoir un avenant au contrat.


- Votre installation aura un rendement déplorable.


En effet, les caractéristiques du fabricant de panneaux précisent que le coefficient de température de rendement  est de -0,4%/°C au-dessus de 20°C. Comme la température de fonctionnement de jonction va augmenter de 70 °C du fait du mauvais refroidissement, votre rendement  sera de 10% au lieu de 13% prévus.


Conclusion du bureau d’études: idem, voir ci-dessus.


- Votre toiture perdra son étanchéité.


En effet l’étanchéité d’une toiture est garantie par la continuité du matériel de recouvrement, tuiles ou ardoises. L’interruption de cette continuité crée une voie de pénétration des eaux de pluie. Il sera nécessaire de procéder à un réaménagement de la charpente et à la pose d’un dispositif permettant de retrouver l’étanchéité initiale tout en conservant l’isolation thermique de la toiture. Ces travaux devront être pris en charge par une entreprise spécialisée du bâtiment, qui fera un devis séparé.


Lesquels travaux ( techniquement justifiés) peuvent se voir refuser l’éligibilité au bénéfice du crédit d’impôt puisque la loi prévoit que l’étanchéité doit être assurée par les panneaux eux-mêmes et non par tout autre dispositif.


A cause de ces inconvénients, l’intégration au bâti devrait être réservée à des cas exceptionnels. La généralisation du procédé ne se justifie pas car elle est techniquement contre productive et peu fiable.


Quant à son emploi dans le simple but d’obtenir un meilleur tarif d’achat, il est tout à fait en dehors de la démarche énergétique ou écologique, il relève d’un choix de placement financier. Dans cette optique, il est préférable de placer son argent dans une assurance vie plutôt que de faire des trous dans son toit….

Partager cet article

Repost 0

commentaires