Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:34

9 Novembre 2010

Dans notre article du 22 Mai 2010 nous dénoncions la tentative de prise de contrôle de l’internet par la mise en place obligatoire du logiciel Hadopi dans nos ordinateurs.

Cette menace n’a bien sûr pas échappé aux internautes, ni aux professionnels du secteur qui y voient une entrave à la liberté du marché.

Le CCIA ( Computer & Communication Industry Association) vient d’adresser un courrier à l’HADOPI:

 

http://www.ccianet.org/CCIA/files/ccLibraryFiles/Filename/000000000406/CCIA%20HADOPI%20Letter.pdf

Voici la traduction de quelques-unes des remarques:

« - Nous « encourageons » HADOPI à ne pas gêner les solutions technologiques nécessaires au développement du marché.

- Le cahier des charges provisoire ( du logiciel) souffre de plusieurs déficiences.

- L’ « invitation » à installer le logiciel ( de protection Hadopi) sous peine de poursuites légales peut difficilement être considérée comme une option, cette « invitation » est susceptible d’avoir diverses conséquences imprévisibles, y compris celle d’encourager un comportement indésirable de la part de certains gouvernements répressifs ( référence à Green Dam ).

- ( Le logiciel de protection) stigmatise les protocoles internet neutres.

- Les usagers peuvent ressentir une présomption de culpabilité de piratage.

-Le système sera inévitablement imparfait.

- L’installation d’un logiciel de contrôle sur les ordinateurs des usagers, en l’absence de preuve d’activité criminelle, n’est pas une option politique acceptable, quel que soit l’objectif officiel.

- Ce marché ( CCI ) , qui fonctionne normalement, n’a nul besoin qu’une autorité gouvernementale prescrive des spécifications techniques d’un logiciel.

- Le cahier des charges provisoire ( du logiciel Hadopi) devrait être modifié pour préciser clairement que seuls les administrateurs du secteur privé et les usagers puissent décider à quels contenus un ordinateur peut accéder.

- Le cahier des charges provisoire paraît fondé sur le postulat erroné qui considère les transferts de fichiers « peer-to-peer » à priori illégaux.

- La proposition ( de contrôle) paraît devoir s’étendre au-delà du « peer-to-peer » , et est susceptible d’entraver plus largement l’innovation.

- Je vous demande instamment de reconsidérer cette proposition de cahier des charges. »

Voici l’HADOPI habillée pour l’hiver !

Si le Gouvernement Français persiste dans son projet de contrôle du net, la France, pays des droits de l’Homme, sera le premier pays au monde à instaurer une telle censure officielle.

Rappelons que même le Gouvernement Chinois a retiré son projet « Green Dam » sous la pression de l’Organisation Mondiale du Commerce.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires