Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 14:55

 

1er Septembre 2012.

Rappelons pour le lecteur distrait ce que devaient être les ZAPA:

Au départ se trouve le constat d’une super pollution de l’air de nos grandes villes, pollution attribuée en grande partie aux émissions de particules des véhicules, mais pas seulement.

Cette situation de dépassement des normes européennes est due pour partie à l’inertie des pouvoirs publics et pour partie à l’indifférence des collectivités locales.

Les premiers, par une politique fiscale discutable, ont largement incité les usagers à s’équiper en véhicules diesel, qui représentent 60% du parc.

Les seconds, en tolérant un déficit chronique de transports publics, ont encouragé l’envahissement des villes par l’automobile.

Pour tenter (!) d’intéresser les pouvoirs publics français à ce problème de santé publique, la Commission Européenne a engagé des poursuites devant la Cour de Justice de l’Union Européenne, pour non respect de la Directive Européenne sur la qualité de l’air 2008/50/CE.

Il devenait alors difficile à nos responsables de regarder ailleurs et d’ignorer le problème.

C’est ainsi que fut émise l’idée des ZAPA, Zones d’Actions Prioritaires pour l’Air, proposées dans la Loi de Grenelle sur l’environnement, durant le précédent quinquennat.

Dans un premier temps les villes candidates à la création d’une ZAPA devaient remettre un dossier précisant les mesures et les aménagements prévus pour atteindre des objectifs fixés, afin de pouvoir prétendre à des aides publiques.

Parmi les pollueurs visés se trouvaient les véhicules et en particuliers les diesels.

Il paraissait difficile d’échapper à une règle d’interdiction des véhicules les plus polluants. Seuls les véhicules « propres » , c’est-à-dire équipés de filtre à particules, c’est-à-dire les plus récents, seraient alors autorisés en ville.

Cette règle a été appliquée en Allemagne.

Mais la France n’est pas l’Allemagne, faut-il le rappeler ?

Une telle mesure discriminatoire est inacceptable en France, pays où l’égalité est inscrite au fronton des mairies. Pas question de stigmatiser certains usagers et de les chasser de nos villes sous prétexte qu’ils ne sont pas assez riches pour acheter une voiture neuve non polluante.

Le changement de majorité présidentielle, élue sur un socle égalitaire, a fait le reste.

La Ministre Delphine Batho a donc signé le certificat de décès des ZAPA le 20 Septembre 2012, à l’issu de la réunion avec les villes candidates, le dispositif étant jugé trop injuste et peu efficace (AFP).

C’est donc reparti pour un tour.

On attribue à Clémenceau cet aphorisme:

«  Quand on veut enterrer un problème, on crée une commission »

La Ministre a annoncé la création d’une commission interministérielle pour bâtir des solutions concrètes d’ici janvier prochain….

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires