Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 18:26

 

26 Mai 2010

Le lancement du livre numérique a opportunément chamboulé le marché de la microinformatique et de l’internet, mettant l’usager branché devant la nécessité d’opérer un choix douloureux quant au renouvèlement de son matériel.

Bien sûr tout le monde a déjà lu un ouvrage numérique sur son PC, assez pour prendre conscience que cet appareil n’est pas l’engin idoine pour apprécier un roman dans la détente et le calme de son hamac, ou bien sur la plage.

C’est pourquoi les fabricants ont pensé à nous en développant des matériels adaptés . Leur démarche est bien sûr commerciale , il leur fallait donc œuvrer dans la continuité de leur métier de base et sans mettre en danger leur fonds de commerce.

C’est ainsi qu’ils nous ont placés en face de trois solutions, dont chacune offre des avantages propres rendant le choix difficile. Le but non avoué des fabricants étant évidemment de nous faire acheter les trois !

La première solution consiste en un appareil spécialisé dans la lecture des

e-books ( ou livrel pour les puristes). Il ne fait que cela, mais il le fait très bien avec un poids très réduit ( quelques centaines de grammes) , une très grande autonomie et un affichage très réaliste.

C’est par exemple le Kindle d’Amazon, le Sony reader, et quelques autres.

La deuxième solution consiste en un mini-PC aux fonctionnalités limitées mais au poids réduit ( de l’ordre de 1,3 kg ) avec un écran de 10 pouces et une autonomie de chameau ( plus de 10 heures !). On fait avec çà ce qu’on fait habituellement avec un PC portable, mais sans lecteur de disque.

Tout les fabricants de PC proposent ce produit, le leader étant Asus.

La troisième solution consiste en une sorte de mini-PC sans clavier et aux grandes possibilité tactiles, permettant la lecture des e-books bien sûr, mais aussi tout un tas d’autres applications multimédia.

Le champion de ce truc est Apple et son I-pad.

Les prix de ces merveilles s’échelonnent entre 150 euros et un millier d’euros, selon la solution choisie et les fonctionnalités.

Au début, les grands de ce marché naissant se tiraient des bourres et chacun tentait de s’approprier la plus grosse part, voire même la totalité du business, non seulement des matériels, mais aussi des ventes de téléchargements. On trouvait donc des produits ( matériels et logiciels ) dont la compatibilité éventuelle n’était que le résultat du hasard.

Cette situation ne pouvait que nuire au marché ou freiner sérieusement son développement. C’est pourquoi des actions de normalisation sont en cours pour converger vers une intéropérabilité des produits. Ceci sera détaillé dans un prochain article, il y sera également question des DRM.

Une fois cette interopérabilité obtenue , l’usager devra faire son choix parmi les trois solutions.

Pour lire des livre homothétiques ( Un livre homothétique est la transcription numérique d’un livre papier ) dans un fauteuil, pendant la sieste, dans le métro, dans le train, sur la plage, ou dans son lit, il faut un dispositif très léger et avec un affichage très confortable ; le lecteur dédié est la meilleure solution , sauf bien sûr si l’on est un inconditionnel du papier !

Pour lire des livres, mais aussi consulter des documents, les modifier, rédiger des lettres, des rapports, des tableaux, afficher des photos, les retoucher, composer des documents multimédia, surfer sur le net, etc…., il faut un ordinateur avec un clavier. Le mini-PC est alors une bonne solution si l’on recherche la mobilité sans l’encombrement et le poids. Le mini-PC est à l’ordinateur portable ce que le compact photo est à l’appareil reflex.

Pour les usagers qui recherchent à la fois la mobilité, la polyvalence, la simplicité d’utilisation, qui répugnent à tremper leurs mains dans des systèmes d’exploitation abscons et des logiciels incompréhensibles, et qui n’ont pas forcément besoin d’un clavier à plein temps, il y a la troisième solution tout en un sans clavier mais avec intégration de multiples applications clé en mains, écran tactile et joy-stick. C’est le principe du I-Pad, qui semble trouver une clientèle importante.

A considérer ces spécificités on constate vite que l’usager branché aura besoin des trois produits, un peu comme le couvreur a besoin de plusieurs échelles.

Il adviendra probablement de ces matériels ce qu’il est advenu des postes radio autrefois. Un seul appareil dans la maison, déjà un luxe, pour finir aujourd’hui avec une bonne douzaine de transistors de la cave au grenier en passant par la voiture, la chaîne Hi-Fi, les radio-réveils, les baladeurs, les lecteurs de CD, sans compter la télé.

Les querelles actuelles sur l’utilité de tel ou tel « gadget » High-Tech paraîtront bien désuètes à nos petits-enfants.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires