Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 12:07

21 Novembre 2010

Madame Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, reconduite dans ses fonctions dans le nouveau gouvernement Fillon, inquiète de la bronca surgie de la communauté scientifique indépendante au sujet des positions du GIEC, et surtout de la démarche de L’IAC, dont la crédibilité ne peut être mise en doute, a demandé à l’Académie des Sciences un rapport sur la question des variations climatiques.

Ce rapport a été remis le 28 Octobre 2010.

Avant de lire les interprétations qui en sont données par les médias , interprétations qui dans l’ensemble font une exégèse en faveur de la thèse politiquement correcte, l’honnêteté intellectuelle la plus élémentaire nous impose de lire en premier lieu le rapport lui-même, disponible ici:

 

http://www.academie-sciences.fr/publications/rapports/pdf/climat_261010.pdf

Chacun pourra constater que ce rapport se veut factuel et neutre. Il expose de manière synthétique l’état des connaissances actuelles, en insistant sur l’ampleur des travaux qu’il reste à accomplir pour préciser de nombreux points litigieux.

Nous citons ci-après quelques extraits significatifs:

« Au cours des dernières décennies cependant, les changements climatiques semblent s’être accélérés. »

«la Science peut tenter d’apporter des réponses autorisées, même si elles ne sont que partielles ou temporaires, dès lors qu’elles sont guidées par le souci d’objectivité qui doit présider à toute démarche scientifique. »

«(Le débat) il a permis de confronter les différents points de vue, de dégager des points de convergence et d’identifier les divergences et incertitudes qui persistent. Il est le point de départ d’une réflexion qui sera prolongée ultérieurement. »

«Malgré les nouveaux outils d’investigations dont on dispose aujourd’hui et malgré le volume considérable de données accumulées ces vingt dernières années, il faut souligner que la Science ne peut répondre à tout »

«Tous les mécanismes de transmission et d’amplification du forçage solaire, et en particulier de l’activité solaire, ne sont pas encore bien compris. Il faut noter que si le cycle de 11 ans de l’activité du Soleil tendait à diminuer d’intensité, comme cela a été le cas dans le passé, un ralentissement graduel du réchauffement global pourrait se produire. »

«Un réchauffement dans l’Antarctique précède de 800 ans une augmentation du CO2 « 

«Les effets potentiels de l’activité du cycle solaire sur le climat sont l’objet de controverses mais donnent lieu à des recherches actives. Certains mécanismes invoqués concernent l’effet du rayonnement cosmique galactique, fortement modulé par le vent solaire qui pourrait affecter la formation des nuages ; des couplages supplémentaires entre la stratosphère et la troposphère associés à des

courants électriques sont également évoqués. Ces effets, secondaires par rapport à l'effet des conditions atmosphériques telles que la teneur en vapeur d'eau, la stabilité et la circulation générale de l'atmosphère, etc., dépendent d’une physique sous-jacente qui fait actuellement l’objet d’études expérimentales au CERN. »

«D’autres mécanismes, qui mettent en jeu l’évolution importante de la composante UV au cours du cycle et qui modifient la distribution d'ozone stratosphérique, sont actuellement à l'étude. »

« Des couplages de l’océan avec l’atmosphère, encore insuffisamment connus, … »

«La connaissance des mécanismes d’échanges océan-atmosphère et continent-atmosphère a fait de grands progrès mais reste encore incertaine pour des prédictions plus précises à l’échelle du siècle. »

«Les incertitudes sur l’effet global indirect d’un changement de concentration du CO2, avec toutes les rétroactions prises en compte, font l’objet de débats au sein de la communauté des climatologues. »

«Les modèles climatiques se sont perfectionnés depuis 30 ans, prenant en compte de nombreux mécanismes ignorés dans les premiers modèles. Cependant, l’évaluation des incertitudes est au centre des débats. »

«La modélisation des processus doit tenir compte de deux types de mécanismes: tout d’abord ceux pour lesquels les processus physicochimiques sont bien compris et peuvent être traduits en équations, et les autres, trop complexes, qui ne peuvent être actuellement décrits que par des relations phénoménologiques fondées sur des observations. »

«Le second groupe de processus demande une part de modélisation empirique. »

«la description de l’évolution de la nébulosité reste unanimement reconnue comme la partie la plus incertaine. »

«Les variations multidécennales de l’océan (Oscillations Nord-Atlantique, El Niño, …) sont encore difficiles à modéliser. »

«Les effets de la végétation ou de la biologie marine, qui affectent directement l’albédo des surfaces continentales ou marines, ne peuvent être modélisés à partir de processus biologiques fondamentaux. »

«La capacité des modèles climatiques à reproduire les évolutions passées du climat à l’échelle pluridécennale est limitée par le fait que des données homogènes ne sont apparues que dans les années 1970. »

«La validité des projections pour les décennies à venir et leurs incertitudes sont une question centrale. »

«les mécanismes non encore identifiés ne sont naturellement pas inclus dans les modèles . »

«Les corrélations directes purement statistiques entre deux quantités sont utiles pour mettre en évidence des couplages non modélisés ou mal représentés, mais non pour tester précisément les mécanismes internes aux modèles et leur pertinence quant à la simulation des variations du climat. C’est une partie des débats actuels entre scientifiques. »

«Les éventuels comportements fortement instables ou chaotiques du système atmosphère-océan-cryosphère-surfaces continentales sont un autre facteur important d’incertitude. »

«La nature des comportements chaotiques ou de bifurcations entre états bien distincts du système climatique demeure ouverte et fait l’objet d’un intense effort de recherche au niveau international. »

« Les mécanismes pouvant jouer un rôle dans la transmission et l’amplification du forçage solaire et, en particulier, de l’activité solaire ne sont pas encore bien compris. »

« Des incertitudes importantes demeurent sur la modélisation des nuages, l’évolution des glaces marines et des calottes polaires, le couplage océan-atmosphère, l’évolution de la biosphère et la dynamique du cycle du carbone. »

« Le caractère interdisciplinaire des problèmes rencontrés impose d’impliquer davantage encore les diverses communautés scientifiques pour poursuivre les avancées déjà réalisées dans le domaine de la climatologie et pour ouvrir de nouvelles pistes aux recherches futures »

Nous pensons qu’avant de lire la Presse il était bon de prendre connaissance de ce florilège.

Nous tenons à saluer l’impartialité de ce rapport, dans lequel on trouve à la fois les éléments justifiant les appréhensions liées au changement climatique, mais aussi les mises en garde contre des conclusions prématurées fondées sur des connaissances scientifiques insuffisantes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires