Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 18:46

GOOGLE se pose en législateur du livre numérique.

 

18 Mai 2010

Google n’a jamais caché son intention de conquérir le marché mondial de la diffusion de l’information. Alors que notre culture européenne nous fait un devoir de longuement discuter , d’écouter toutes les parties, d’élaborer des codes, de légiférer, de mettre la ceinture et les bretelles, avant éventuellement d’agir, Google a fait l’inverse. Il a commencé par agir, pour éventuellement discuter après.

Fort de son expérience de la chose numérique et armé de ses formidables bénéfices engrangés, Google a entrepris de numériser tout ce qui lui tombait sous la main, sans plus se préoccuper de subtilités comme les droits d’auteurs, l’urgence étant de prendre position sur le marché. Les discussions viendraient plus tard.

Remarquons au passage que cette stratégie est calquée sur les enseignements délivrés dans les écoles militaires.

Etant de loin le plus fort sur le terrain des opérations, le moteur de recherche s’est vite transformé en moteur de conquête.

Après un réveil difficile, les adversaires potentiels se sont réveillés et ont entrepris d’allumer un contre-feu. L’AAP ( Association des Editeurs Américains) et l’AG ( Authors Guild) , ont intenté un procès en recours collectif ( la loi américaine permet cela). Comme il fallait s’y attendre Google a sorti son argument imparable, un gros paquet de dollars.

125 Millions de dollars ont été mis sur la table pour faire avaler la pilule, et un compromis a été proposé , qui laisse la part belle à Google. Ce compromis , connu sous le nom de « Règlement Google livres » a été accepté en première instance.

Mais le contenu de ce « règlement » , en plus d’être outrageusement favorable à Google, contenait implicitement la possibilité pour icelui de l’appliquer au monde entier. Les instances internationales ont protesté ( surtout la France et l’Allemagne) , et les concurrents ont invoqué la loi anti-trust. L’affaire a du mal à passer et se trouve toujours entre les mains du juge fédéral, malgré une nouvelle mouture du fameux « règlement ». La nouvelle version serait paraît-il plus acceptable.

Il est donc probable que le marché de la diffusion des œuvres numérisées sera dominé par Google, d’abord aux Etats-Unis, puis dans le monde.

L’Europe n’a évidemment pas la possibilité de s’opposer à ce rouleau compresseur , et devra accepter le « Règlement Google livres » , même si certains auraient préféré une législation concertée.

Affaire à suivre….

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires