Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 11:17

28 Mars 2011


Chez nous aussi on sait faire…


La centrale nucléaire du Blayais est un cas d’école. Elle est construite au bord de l’estuaire, sur une zone classée inondable.


Selon l’ IPSN  (Institut de la Protection et de la Sureté Nucléaire), le niveau de la plateforme est à 4,5 NGF. Cela signifie 4,5 mètres au dessus du niveau zéro des carte terrestres ( IGN 69). Ce niveau Zéro étant le niveau moyen de la mer donné par le marégraphe de Marseille.


Des éléments essentiels de la centrale ( crépines, pompes, etc) sont donc SOUS le niveau de la mer. C’est plus pratique pour pomper facilement l’eau de refroidissement directement dans l’estuaire.


La digue de protection est à 5,2 NGF ( installation initiale).


Notez l’ «extraordinaire» hauteur du parapet de protection: 70 cm !


( Le béton est cher, mais quand même…)


MAIS, l’estuaire est à deux pas ( au sens propre du terme) comme on peut le voir sur le schéma coté. Le niveau de l’eau à cet endroit est ce que les Dieux veulent bien qu’il soit, en fonction des marées, du vent, de la pression barométrique, de la houle, des courants, du débit du fleuve, et de quelques autres paramètres que je vous épargne.


Un certain jour de Décembre 1999 les Dieux firent que le niveau monta à 7 mètres, Eole soulevant en plus une houle de 2 mètres d’amplitude.


Le marnage à Pauillac ( en face de la centrale) atteint 6 m aux grandes marées de 120. Une dépression à 970 hPa provoque une surcote de 40 cm, et le vent de 140 kmh entraîne, au bout de quelques heures, une surcote de 60 cm, ce qui nous amène à 7 m, augmentés de l’amplitude de la houle de tempête.


Tout cela figure dans le manuel du petit plaisancier, il n’est pas nécessaire de sortir de Polytechnique pour le savoir.


Le niveau crête monta donc à 9 m ( crête des vagues), par rapport au zéro des cartes marines.


La digue de 70 cm fut donc submergée.


Les installations critiques étant sous le niveau de la mer, la centrale se trouva rapidement face à un scénario Fukushima.


La description des évènements qui s’ensuivirent figure dans toutes les bonnes bibliothèques, inutile d’y revenir. Sa lecture nous apprend que la catastrophe n’a été évitée que grâce à la chance.


Intéressons-nous plutôt aux aspects humains de l’affaire:


- La zone d’implantation de la centrale est classée inondable ( «risque d’inondation avec enjeu humain ») . Le site a été choisi en raison de son isolement et de la proximité du fleuve.


- Pour des raisons d’économies, le système des grandes tours de refroidissement (double circuit fermé) a été remplacé par un système de pompage direct d’eau de refroidissement dans le fleuve, et rejet évidemment dans le fleuve. D’où la nécessité d’une proximité immédiate de l’eau.


- Toujours pour des raisons d’économie, les installations sont enterrées, pour des raisons évidentes d’économie d’énergie de pompage ( les quantités à pomper sont énormes).


- Depuis plusieurs mois la faiblesse de la digue de protection avait été signalée. EDF avait refusé de procéder aux travaux, malgré une mise en demeure.


- Du fait de son emplacement en zone inondable, la route d’accès ( non surélevée ) s’est trouvée rapidement impraticable, interdisant l’arrivée des secours.


- Du fait de la construction enterrée, les sous-sols se sont rapidement trouvés noyés sous quatre mètres d’eau boueuse, mettant hors service certains équipements de sécurité.


- L’alimentation électrique de 400 KV, non sécurisée en hauteur, a été perdue et le pire n’a été évité que grâce aux groupes électrogènes de secours, qui ont fonctionné trois heures d’affilée.


On voit qu’entre un désastre national et un « incident » classé niveau 2 , il n’y a que l’épaisseur d’un cheveu.


Des mauvaises langues disent que d’autres centrales françaises sont dans une situation qui n’a rien à envier à celle du Blayais.


Mais soyons rassurés, les experts dépêchés par le Monsieur le Président sauront, n’en doutons pas, détecter ces points faibles et faire rapidement corriger tout cela.


 



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires