Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 09:55

 

7 Décembre 2012

Le Jackpot a encore augmenté à Flamanville. La cagnotte, que le consommateur devra alimenter un jour ou l’autre, s’élève maintenant à 8,5 Milliards d’euros. On a tout lieu de penser qu’elle atteindra les 10 milliards en cinquième semaine.

Mon voisin financier a cherché à me rassurer en me démontrant qu’il n’y a pas le feu au lac, attendu que cette somme ne représente que 26,3 euros par an pendant dix ans pour chacun des 38 Millions d’abonnés, qu’au bout de dix ans la bécane sera amortie et fournira alors du courant à prix d’ami.

Mathématiquement il a raison mais je lui fais part de mes inquiétudes sur l’origine des fonds qui serviront à payer les travaux à la fin du chantier. Là aussi il tente de calmer mes angoisses en m’assurant qu’un bon emprunt obligataire y pourvoira. Un coupon de 4,5% sera versé, qui se traduira par une dette annuelle de 450 Millions, soit 11,8 euros par an et par abonné, toujours sur dix ans, ce qui porte la note annuelle à 38,1 euros par abonné jusqu’au terme de l’emprunt.

Cette somme modeste pourra être soit imputée à égalité sur tous les abonnés en bas de leur facture, soit payée au prorata par une petite augmentation du prix du KWh, de l’ordre de 0,11 centime, sur la base d’une consommation globale de 400 TWh.

Mon voisin m’a expliqué que ce miracle est rendu possible grâce à l’économie d’échelle.

La finance est vraiment un art remarquable…

Il m’a cependant un peu refroidi en ajoutant que, sur la base d’une consommation nationale de 400 TWh, ce n’est pas 1 réacteur EPR qu’il faudrait construire, mais 40, ce qui change la donne financière ( Pour délivrer 400 TWh annuellement, il faut une puissance installée de 60 GWe). Les 10 Milliards d’investissement deviennent 400, et le surcoût du KWh passe à 4,4 centimes.

Ce qui, de manière surprenante, demeure encore très acceptable, d’autant plus que ces réalisations seraient étalées dans le temps.

Toujours l’économie d’échelle.

Mon autre voisin, grand amateur d

énergies nouvelles, sest alors étonné que lon ne fasse pas la même chose avec, par exemple, des éoliennes, puisque ce nest pas une question dargent.

Je lui ai alors expliqué que le problème des éoliennes nest effectivement pas une question dargent, mais quil se trouve ailleurs, dans lacceptabilité par les populations, et dans leur caractère intermittent.

En effet, les éoliennes off shore ( les autres ne sont pas dans le coup) ont une efficacité moyenne de 30% car le vent ne souffle pas toujours à sa valeur optimale. De plus cette efficacité est modulée par lintermittence (quand le vent souffle fort à Dieppe, ce nest pas forcément le cas à Noirmoutiers). Pour disposer de 1 MWe moyen, il faut en installer au moins trois fois plus, ce qui correspond à un nombre vertigineux de grosses éoliennes off shore de 5 MW.

Et de plus pour compenser lintermittence il faut des capacités de stockage délectricité que personne ne sait mettre en œuvre aujourdhui.

Et l’on voit assez mal les populations accepter de voir leur littoral encombré par plusieurs dizaines de milliers de machines, chacune aussi haute quune demi tour Eiffel !

Pour achever de saper le moral de mon voisin écologiste, mon ami financier, qui ne se sépare jamais de sa calculette, effectue un rapide calcul du coût dun parc éolien offshore capable de fournir autant dénergie que LE réacteur de Flamanville.

Un réacteur de 1 500 MWe peut fournir environ 11 TWh dénergie par an.

Pour obtenir le même service en éolien off shore il faut installer 850 machines de 5 MW, sur la base dun facteur de charge de 35% et un coefficient de disponibilité de 85% ( maintenance). A ces machines il faut ajouter les structures adéquates de stockage dénergie pour compenser lintermittence.

Linvestissement en éolien offshore est denviron 3 M euros / MW installé, ce qui conduit à environ 13 Milliards deuros pour 850 machines de 5 MW. Auxquels il faut ajouter les moyens de stockage dénergie, impossibles à chiffrer aujourdhui faute dune solution disponible.

( Rappelons que le projet éolien offshore 2015-2020 de la côte atlantique porte sur la construction de 1 200 éoliennes de 5 MW, pour un coût de 20 Milliards deuros, donc loin devant le budget de Flamanville qui fait figure de projet mesquin. Et rien nest prévu pour le stockage de lénergie !).

Voici donc renvoyés dos à dos le Nucléaire et lEolien, sur le plan des investissements.

Comment protester dun côté contre un projet à 8,5 Milliards, et accepter sans sourciller de dépenser 20 Milliards de lautre côté pour faire quasiment la même chose avec du vent ?

Ce nest donc pas sur le plan financier que le Nucléaire et les ENR peuvent être départagées, mais strictement sur le plan de la protection de lenvironnement et les risques daccidents majeurs.

Il y a suffisamment darguments contre le nucléaire sans quil soit besoin de recourir à des analyses financières approximatives qui peuvent s’avérer contre-productives.

Il ne faut pas se tromper de combat.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sasqat 07/01/2013 12:04

effectivement, on peut laisser le réacteur en place.
quitte à l'entourer d'un sarcophage

doc zaius 06/01/2013 10:39

Bonjour,
Une centrale nucléaire en fonctionnement normal n’émet aucun rayonnement direct ( voir CRIIRAD) grâce à la séparation entre circuit primaire et circuit secondaire, et à l’enceinte de confinement
qui englobe toutes les parties « chaudes ». Quant aux effluents liquides ou gazeux, ils sont traités selon les normes.
Une centrale arrêtée aura encore moins de raison d’en émettre puisqu’il n’y aura plus d’effluents.
Pourquoi alors s’évertuer à la découper en petits morceaux pour aller les cacher ailleurs où ils ne bénéficieront pas forcément de la même sécurité ?
De plus, le fait de conserver les sites en l’état créera une motivation supplémentaire pour mettre au point une méthode de retraitement efficace qui permettrait de neutraliser la radioactivité.
Alors que des containers enfouis à plusieurs centaines de mètres n’intéresseront plus personne .

Evelyne Dumont 05/01/2013 08:25

Bonjour ... et meilleurs voeux de Bonne Année 2013 ... au delà de tous les problèmes actuels !

Question à "Doc Zaiüs" de la part d'une néophyte :
Pourriez-vous développer les avantages et inconvénients d'un maintien sur place des déchets d'une centrale nucléaire (qu'on imagine alors "gelée")comparé à leur "dépôt" dans un "quelque part"
différent ... à préciser, à caractériser ?
Cordialement.
ED
http://lebloged-environnementdoelan.info/

doc zaius 04/01/2013 17:52

Bonjour,
Le concept de démantèlement est une absurdité. Il s'agit de transporter on ne sait pas très bien où des petits morceaux radioactifs d'un ensemble qui pourrait très bien demeurer dans son enceinte
de confinement sans aller polluer davantage ailleurs par petits bouts.
Quant au coût de ce soit-disant démantèlement ( il faudrait dire plutôt "dispersion") personne ne le connais et pour cause.

sasqat 03/01/2013 15:49

est ce que le cout "EPR" tient compte du démantelement et du retraitement des déchets ?
si non, autant dire que ce projet est une absurdité.
en particulier pour Areva qui aura du mal à en vendre d'autres ...