Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 11:40

24 Janvier 2011


L’éolien est une voie incontournable dans la route vers les énergies renouvelables.


Le parc éolien terrestre européen s’est développé dès les années 2000 et compte aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers de machines.


Les possibilités d’extension des parcs terrestres sont limitées à cause de l’emprise foncière, des nuisances sonores, de l’acceptabilité par les populations, des atteintes à l’environnement, et de la relative rareté des sites éligibles pour des très grosses machines.


Les zones maritimes côtières ont très vite été perçues comme propices à l’installation d’éoliennes de forte puissance. Ces zones sont généralement battues par des vents forts et réguliers, ce qui garantit une excellente productivité. L’existence d’un plateau continental très vaste permet des implantations à plusieurs dizaines de kms du rivage, supprimant ainsi les problèmes d’emprise foncière, de nuisances sonores, et d’acceptabilité par les populations.


La technologie permet aujourd’hui d’envisager des fermes éoliennes off-shore, le surcoût étant largement compensé par une meilleure rentabilité.


L’Angleterre vient d’inaugurer le plus grand parc off-shore, composé pour le moment de cent grosses machines, extensible à trois-cent-quarante vers 2015.


Le Danemark possède des installations off-shore de 370 MW.


L’Allemagne a ouvert en 2010 un parc off-shore de 12 éoliennes de 5 MW, qui constitue un test . Si les essais sont concluants, le parc doit être étendu à 80 machines .


La France ne fait rien. Pour l’instant.


Le retard français dans le développement des énergies renouvelables est lié au choix du nucléaire pour la production électrique, choix confirmé par les projets de développement des réacteurs à neutrons rapides dans le cadre du programme Génération IV,  initié par le DEO (Département de l’Energie des Etats-Unis).


Pourtant notre Pays possède 3 500 kms de côtes et dispose du deuxième potentiel européen pour l’éolien off-shore.


Il est difficile, dans ces conditions, de ne rien faire tout en affichant des postures internationales de défenseurs des énergies nouvelles.


A la décharge des éventuels initiateurs de projets off-shore, il faut rappeler que, si les populations de l’intérieur sont pointilleuses concernant les nuisances, c’est encore pire sur les côtes, où les projets d’éoliennes sont perçus comme des menaces pour le tourisme, des atteintes à l’environnement, des nuisances pour la pêche, et un danger pour la navigation.


Les multiples associations de défense de tout sont disposées à utiliser toutes les ressources juridiques pour contrer ce genre de projets, avec parfois l’aide de certains responsables politiques locaux (voir l’affaire de Noimoutiers) .


Le Président Sarkozy doit annoncer demain à Saint-Nazaire le lancement d’un appel d’offres pour des projets de fermes éoliennes off-shore. Ces projets entreront dans le cadre du programme défini par le Grenelle de la mer, qui prévoyait 6 000 MW off-shore à l’horizon 2020.


Le contenu de cet appel d’offres sera un bon indicateur des réelles intentions du Gouvernement en matières d’énergies nouvelles.


Partager cet article

Repost 0

commentaires