Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 19:04

 

4 Novembre 2016

Pour améliorer ses conditions de vie l'Homme a inventé le progrès.
Si ce progrès, essentiellement technologique, n'a pas eu d'effet sur les mentalités et n'a pas permis d'améliorer le "vivre ensemble", il a par contre généré un cortège de calamités avec lesquelles il nous faut hélas composer.
______________

Tout le monde n'a pas les moyens d'échapper à la vie moderne en partant s'installer en Lozère (Ou en Ardèche…) avec trois chèvres.
Cet échappatoire peut être un pis aller tout au plus provisoire, qui permet une remise à neuf champêtre, au même titre qu'une cure à Bagnères, dont l'effet sera similaire, avec en prime le bénéfice d'un remboursement par la sécu et la complémentaire.
_________________

Reste la lutte du pot de terre, sans grand espoir de vaincre, sinon celui d'y gagner une identité de victime avec, peut-être, quelque compensation financière.
Mais lutter contre quoi, contre qui ?
L'ennemi est légion, comme disait l'autre qui s'y connaissait.
Le bruit et les odeurs, la pollution de l'air et des eaux, la promiscuité des grandes villes, le temps perdu dans les transports, le stress au travail, l'inquiétude du lendemain, le chômage, la faillite, sont les maux permanents qui nous accablent et auxquels il faut ajouter quelques ennemis sournois car invisibles:
les aliments dénaturés, les pesticides, les OGM, les perturbateurs endocriniens, les nanoparticules, les oxydes d'Azote, les métaux lourds, les médicaments tueurs, l'Amiante, le Plomb, les additifs, la radioactivité, les ondes électromagnétiques, et bien d'autres encore à démasquer.
__________________

La liste est infinie des agressions qu'il nous faut supporter, et que notre organisme n'est pas nécessairement apte à amortir, du moins pour certains d'entre nous.
En résultent la fatigue, le stress, les troubles du sommeil, la dépression, le burn out, ou le refuge dans les antidépresseurs, le tabac, l'alcool, ou la drogue, c'est le chemin de croix qu'offre parfois une "vie moderne" plutôt subie que réellement choisie.
___________________

Quelle vision que  ce "meilleur des mondes", auquel nous sommes gentiment conviés et vers lequel nous nous précipitons joyeusement sans voir que nous-mêmes serrons la corde qui va nous étouffer.
Un monde connecté, mais connecté à qui et pour quels objectifs ?
Et quelle porte de sortie, comment couper une chaîne que nous avons nous-mêmes solidement forgée ?
Que nous reste-t-il alors, sinon le langage du corps, la somatisation, en espérant une écoute qui, à défaut du remède, nous apportera une reconnaissance, un statut de malade.
Devant ce tableau navrant, la médecine ne sait plus très bien distinguer le trouble psychosomatique du réel désordre organique, voire même de la simulation.
__________________

La pollution par les champs électromagnétiques n'est qu'une calamité parmi les autres, mais avec certaines caractéristiques qui lui confèrent un pouvoir de nuisance particulier.
C'est une pollution invisible, contre laquelle il est difficile de se protéger sauf à recourir à des procédés déraisonnables rendant toute vie normale impossible.
C'est une pollution insaisissable car elle peut sévir n'importe où, son aspect protéiforme la rend difficilement caractérisable, elle peut sévir dans n'importe quelle gamme de fréquences sous des aspects inattendus, et ses effets se camouflent sous des apparences de symptômes communs à de nombreux autres troubles eux-mêmes difficiles à relier à une cause unique.
C'est une pollution qui, pour le moment, ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle quant à ses effets sur l'organisme humain, elle peut donc exercer ses ravages en toute impunité.
C'est une pollution niée par le corps médical dans la grande majorité des cas, ce qui lui permet de s'étendre sans rencontrer de contre-mesures efficaces ni de prise en charge, sauf rares exceptions.
C'est une pollution dont l'importance croît avec le développement des applications de communication visant à la création d'un monde connecté.
C'est une pollution dont on ne connaît pas les effets, et pour cause.  
C'est une pollution dont se plaignent un nombre de plus en plus élevé de patients. On parle officiellement d'une prévalence de 2% en France, ce qui commence à ressembler à un problème de santé publique.
________________

Les champs EM sont partout présents, et dans toute la gamme des  
fréquences. Les champs magnétiques ne sont pas moins pervers, bien que moins connus.
- Le réseau de distribution d'énergie électrique est en lui-même source rayonnante à 50 Hz, avec des valeurs de champ qui sont parfois très élevées au voisinage des lignes HT et THT, et des transformateurs qui rayonnent un fort champ magnétique.
L'enfouissement des lignes réduit l'importance du rayonnement.
Ce réseau, lorsqu'il est aérien, constitue un système d'antennes et devient source de rayonnement pour les éventuels signaux superposés au 50 Hz, il s'agit des CPL ( Courants Porteurs en Ligne).
- Les émetteurs Radio et Télévision du réseau terrestre, dont le champ EM de proximité n'est pas négligeable.
- Les antennes UHF des réseaux de communication mobile.
- Et surtout les émetteurs des téléphonie mobile (Smart phone), dangereux à cause de leur extrême proximité avec le corps humain (Cerveau, organes génitaux).
- Les réseaux domestiques CPL, à cause de l'absence de blindage et des nouvelles applications utilisant des gammes de fréquences jusqu'à 100 Mhz, voire beaucoup plus.
- Les applications connectées par radio ( Wi-Fi, Blue-Tooth, etc) à cause de leur proximité.
Il est donc impossible d'envisager un arrêt de cette technologie à laquelle n'échappe aucune application moderne.
La solution est dans le compromis.
__________________

Les plaignants rapportent des troubles fonctionnels dont la nature très variée ne les distingue pas des troubles habituellement rapportés dans d'autre affections comme la fatigue, la dépression, le stress, sans spécificité particulière, sinon que ces troubles sont attribués par les patients à  l'influence néfaste des ondes électromagnétiques.
Il n'a pas encore pu être établi une relation de cause à effet incontestable entre les ondes électromagnétiques et l'un des symptômes présentés par les plaignants.
Mais attention,
L'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence.
La relation de cause à effet n'a peut être pas été trouvée tout simplement parce qu'on ne l'a pas cherchée convenablement.
__________________

Le problème de l'électro hypersensibilité est récurrent. Il est évoqué dans diverses publications médicales, sans résultats probants.
L'OMS a cependant pris acte de son existence et l'a cataloguée sous l'appellation IEI-CEM, " Intolérance environnementale Idiopathique attribuée aux champs électromagnétiques".
Le qualificatif "Idiopathique" traduit l'impossibilité d'identifier formellement la cause des troubles rapportés.
L'adjectif "attribuée" précise que les champs électromagnétiques sont une cause revendiquée par les malades eux-mêmes, mais non avérée.
Le terme "Intolérance environnementale" désigne un ensemble de syndromes associés par les malades à des influences néfastes de leur environnement, qu'il s'agisse de pollution de l'air, de l'eau, des aliments, du bruit excessif, de l'insalubrité des locaux, des ondes EM, de la température trop élevée, trop basse, de l'ascenseur en panne, de la proximité d'une éolienne, de l'insécurité, etc, etc…
IEI-CEM  est donc un acronyme confortable mais non signifiant.
On parle également d' HSEM, Hyper Sensibilité Electro Magnétique, ou encore de SICEM, Syndrome d'Intolérance aux Champs EM.
Un malade devient alors une "personne EHS", ce qui est beaucoup plus valorisant mais, comme dirait feu ma grand-mère, "çà lui fait une belle jambe".
De même que la fatigue en général a longtemps été considérée comme une "non maladie", et n'a été prise en compte médicalement que récemment, les personnes EHS peinent à obtenir une reconnaissance et un statut médical.
Quoiqu'il en soit la plainte du malade est bien réelle et doit être prise en compte.
C'est à la médecine qu'il appartient ensuite d'analyser les troubles et d'y apporter les remèdes adéquats, en essayant d'éviter de recourir aux extrêmes de la consultation psychiatrique ou de la pension d'invalidité.
__________________

Les pouvoirs publics ne sont pas indifférents au problème de l'hyper sensibilité électromagnétique.
En France l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) a créé en 2011 le Comité de dialogue "Radio fréquences et santé" chargé d'établir un état des connaissances du sujet.
Le rapport d'expertise collective a été publié en JUIN 2016.
Ce document très dense de 297 pages peut être consulté ici:

https://www.anses.fr/fr/system/files/Consultation_AP_2011SA0150_EHS.pdf

On trouve dans ce document un état des lieux du problème, résultat de la contribution d'un grand nombre de participants cités, incluant des médecins, des associations de défense des usagers, des organismes de régulation, des représentants des télécommunications, des distributeurs d'énergie, de la radiodiffusion, des organismes normatifs, et bien d'autres.
Ce travail se veut une base de départ vers une connaissance plus systématique du problème, une caractérisation des relations de cause à effet, visant à l'établissement de règles de sécurité reposant sur des données fiables et renseignées.
________________

Le collationnement des résultats de tests effectués par les différentes unités de recherche avait pour objectif de chercher à mettre en évidence un ou plusieurs symptômes spécifiques d'une hypersensibilité aux ondes.
Des indices ont été rapportés, mais rien de concluant sinon qu'il est nécessaire de continuer les travaux, y compris dans le sens d'une recherche d'effets organiques démontrables.
(Un peu comme une exposition à la radioactivité ou à l'amiante peut être démontrée par une analyse de la Thyroïde ou des poumon).
Dans l'ensemble, il a été rapporté par les études sur des personnes EHS (Electro Hyper Sensibles) un corpus de symptômes qui se retrouvent dans de nombreuses maladies déjà répertoriées:
- Fatigue chronique.
- Dépression.
- Fibromyalgie.
- SCM ( Sensibilité Chimique Multiple).
- Mononucléose.
- Maladie métabolique.
- Neurasthénie.
- Maladie de Lyme.
- Troubles trophiques.
- SEG ( Sensibilité Environnementale Généralisée).
- Burn out.
- Syndrome des bâtiments malsains ( !).
- Maladie des amalgames dentaires.
- Intolérance au bruit.
- Syndrome éolien (!).
- Somatisations chroniques invalidantes.
- Etc ?

Comment alors mettre en évidence la responsabilité exclusive, ou non,  des ondes EM dans l'une quelconque des ces maladies ou syndromes, et selon quels critères faut-il poser le diagnostic ?
Ou bien s'agit-il d'une maladie spécifique des ondes EM ?
_________________

C'est pour répondre à ces questions que d'autres travaux doivent être entrepris.
Affaire à suivre…

_________________

 

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires