Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 17:44

4 Avril 2016

Le compteur communicant est attaqué de toutes parts.
Parmi les charges que ses détracteurs font peser sur lui, il en est une qui réclame quelques explications, car elle met en cause l'existence de signaux CPL injectés par le compteur dans l'installation électrique de l'abonné.
Signaux qui, d'une part entraîneraient des perturbations dans le fonctionnement des réseaux domotiques pré installés dans le logement ainsi que des troubles chez les personnes électro sensibles, et d'autre part susciteraient une inquiétude relativement à l'usage que EDF pourrait en faire ultérieurement.
________________

Rappelons que les données relevées par le compteur Linky sont transmises à un concentrateur EDF par le moyen de courants porteurs en ligne (CPL), la ligne en question étant constituée des câbles d’alimentation secteur existants entre le logement de l'abonné et le transformateur EDF BT.
Ces câbles sont à l'extérieur du logement, enterrés ou aériens.
Dans l'habitat collectif, une partie de ces câbles est à l'intérieur du bâtiment et chemine jusqu'aux compteurs individuels.
Les communications par CPL sont simples, fiables et utilisées depuis la nuit des temps (1950), y compris par les particuliers qui ont une installation domotique et qui apprécient de disposer de ce réseau existant dans leur logement pour y transmettre toutes sortes de signaux, y compris à très haut débit, sans avoir à installer des câbles supplémentaires spécifiques.
____________________

Il y a donc dans le compteur Linky une interface CPL qui reçoit et émet des signaux qui sont acheminés par les câbles d’alimentation électrique. Les données numériques sont transmises en CPL dans la bande A du CENELEC réservée aux fournisseurs d'énergie, grâce à deux porteuses à 63,4 KHz et 74 KHz. La transmission est à très bas débit (2 400 bauds).
Les autres bandes (B, C, et D) sont dévolues aux applications analogiques et numériques bas débit dans les bâtiments résidentiels:
Bande B: 95 à 125 KHz
Bande C: 125 à 140 KHz
Bande D: 140 à 148,5 KHz
Il faut bien noter que nous parlons ici de KHz ( KiloHertz) et non pas de MHz (MégaHerz)comme on à pu lire ici et là à propos de Linky.
Les signaux CPL sont superposés au signal de puissance 230V - 50 Hz. Ils sont de faible amplitude, typiquement 2 Vrms (rms= root mean square) soit moins de 1% de la tension secteur, mais avec des variations dues à la distance, aux ruptures d'impédances, etc… Toutes choses classiques en CPL.
__________________

Ce procédé de transmission d'informations numériques à très bas débit est utilisé par EDF depuis des lustres, notamment vers les particuliers pour les commutations HC/HP. La technologie est donc familière et très largement éprouvée.
Elle est également utilisée depuis longtemps par les particuliers eux-mêmes pour des commandes de portails, de volets, d'éclairage, etc…En association avec un système de transmission radio. _______________________

Il existe un autre domaine de transmissions CPL , il s'agit des communications numériques à très haut débit, jusqu'à 200 Mbps (Méga bits par seconde), voire plus, pour les liaisons internet et informatique.
Bien que le câblage électrique du logement constitue un réseau de mauvaise qualité et non blindé, il a été possible d'y faire passer des données numériques de très haut débit, grâce aux procédés modernes de codage et de modulation développés pour la téléphonie cellulaire et la TV numérique.
Les CPL utilisés par le Linky sont bien loin de tout cela, il s'agit de très bas débits transportés par des porteuses de très basses fréquences.
_________________________

Vis-à-vis des signaux CPL, les raccordements électriques EDF en provenance du transformateur BT peuvent être vus comme un Bus de communication sur lequel sont raccordés tous les compteurs des clients alimentés par la même dérivation de ce transformateur (Le même câble).
Un tel transfo peut alimenter jusqu'à plusieurs centaines d'abonnés répartis par grappes sur plusieurs dérivations.
Il pourra y avoir ainsi plusieurs dizaines d’abonnés dont les compteurs sont raccordés au même « Bus » CPL.
Chacun d’eux recevra ainsi toutes les trames CPL destinées à ses voisins, et non pas seulement les siennes propres.
C’est le principe même du Bus, chacun regarde les données qui passent, et prend celles qui l'intéresse.
Il se passe la même chose à l'intérieur d'un PC.
_____________________

L'interface CPL du compteur se comporte comme tout périphérique connecté à un Bus: Il "lit" toutes les données qui arrivent par les câbles électriques (Phase et Neutre), et prélève celles qui l'intéresse, sans modifier le signal lui-même évidemment, qui continue donc son chemin vers le logement, sauf si on l'arrête à l'aide d'un filtre réseau.
Le compteur Linky ne comporte aucun filtre CPL (Filtre réseau passe-bas).
Certains auraient bien voulu ce filtre, qui aurait bloqué les signaux CPL avant qu'ils n'entrent dans le logement.
La CRE (Commission de Régulation de l'Energie) a publié en Juin 2011 un "Dossier de l'évaluation de l'expérimentation Linky".
(Evaluation réalisée sur 300 000 compteurs Linky).
On peut y lire ceci:
" La transmissions des données de la TIC (Télé Information Client) par CPL, qui éviterait la mise en place d'une liaison filaire ou d'un module radio, nécessiterait de mettre en place un filtre dans le compteur, quelque soit la technologie CPL utilisée. Or, actuellement ce type de filtre ne peut pas tenir dans le volume imposé pour le compteur".
Cela paraît fort crédible.
En effet un filtre réseau efficace occupe beaucoup de place, les bobinages devant être dimensionnés pour le passage série du courant max souscrit par l'abonné, courant qui peut atteindre 90 A en 18 KVA !!!
La section des fils doit être suffisante pour éviter une chute de tension et donc un échauffement inacceptables. Et les noyaux magnétiques doivent être dimensionnés dans le même rapport afin d'éviter la saturation, qui rendrait le filtre inefficace.
Un tel objet, même conçu pour un compteur 12 KVA (63 Ampères), est assez encombrant et onéreux.
______________________________

Compte tenu de l'absence de filtre réseau dans le compteur, les trames présentes sur la liaison compteur-concentrateur se retrouvent dans la maison de l'abonné.
Ce dont certains abonnés se plaignent amèrement, alléguant des perturbations intolérables de leur installation électrique, et/ou de leur propre état physiologique, rapportant des symptômes connus sous le terme générique d'électro sensibilité.
C'est là que prend naissance le conflit.
______________________

Dans l’état actuel du projet « smart grid » dont le compteur Linky est le premier maillon, ces signaux CPL ne jouent aucun rôle dans le logement.
Dans l’avenir, il pourrait en être autrement. Notamment pour la gestion intelligente de la charge des batteries de voitures électriques au domicile, mais pas que, comme nous verrons plus loin.
Aujourd'hui, il est donc toujours possible (C'est même recommandé) de les bloquer à la sortie du compteur en installant un filtre CPL.
Et là il faut considérer deux cas selon la nature de l'installation d'abonné:
D'une part les abonnés qui disposent déjà d'une installation domotique dont une partie au moins utilise des CPL, quelle que soit sa complexité, et qui craignent de la voir perturbée par l'arrivée du Linky.
D'autre part les autres, qui ne possèdent aucune installation domotique, ni même le moindre gadget fonctionnant sur CPL, et qui n'envisagent pas d'en installer une.
Les premiers doivent savoir que toute personne qui crée un réseau CPL privé doit obligatoirement installer un filtre en tête de son branchement EDF, après le compteur ( Linky ou autre), afin d’éviter que ses propres signaux CPL n'aillent polluer le voisinage.
La réglementation l’impose, et en cas de nuisances de voisinage l’installation doit être démontée, ceci est très strict.
Ce filtre étant bi directionnel, il servira également à bloquer les trames CPL en provenance de l’extérieur, y compris celles du Bus Linky.
_______________

Donc une installation domotique privée, si elle est exécutée dans les règles de l’art, c'est-à-dire avec un filtre CPL efficace en entrée, ne sera pas polluée par les trames CPL du compteur Linky.
Si ces abonnés se plaignent de troubles, ils doivent d'abord faire vérifier l'état de leur propre réseau CPL interne, et particulièrement le filtre d'entrée obligatoire.
(Notamment son atténuation à fort courant et sa courbe de réponse).
______________

Quant aux usagers qui n’ont pas de réseau domotique utilisant le CPL , ils ne seront pas gênés lors de l’installation du compteur Linky.
Si malgré tout l'un d'eux estime être gêné par ce signal, il pourra toujours installer un filtre à l’entrée de son installation.
S’il peut apporter la démonstration d’une nuisance qui disparaît après pose du filtre, il pourra tenter d’obtenir de ERDF une participation aux frais.
(Un bon filtre réseau est relativement cher).
__________________

Mais, étant donné le nombre considérable et croissant d’appareils communicant par CPL et commercialisés en grandes surfaces pour les applications domotique et multimédia (Internet des objets, ou M2M), les logements totalement dépourvus de ce genre de dispositifs deviennent de plus en plus rares, et tout ceux qui sont équipés, même sommairement, ont donc réglementairement déjà procédé à l’installation d’un filtre CPL en tête de leur installation électrique, avant même d’avoir entendu parler de Linky…
__________________

Le filtre à installer doit être disposé après de DDR 30 mA, son courant doit être compatible avec l'abonnement EDF (30 A ou 63 A). La courbe de réponse et l'atténuation des fréquences des bandes A et B doit être convenable, elle doit être mesurée à courant max de l'installation, c'est-à-dire 30 ou 60 Ampères.
(Des mesures faites à quelques ampères seulement n'ont aucun intérêt).
De tels filtres existent en modules compatibles Rail DIN. Le prix se situe entre 100 et 200 euro (Comme dit l'autre, "Le prix s'oublie, la qualité reste"…).
__________________________

Il semble donc, sauf démonstration contraire, que cette affaire de CPL soit un pétard mouillé.
___________________________

Il reste le problème de l’usage et de la protection des données recueillies par le compteur Linky et transmises pour exploitation à un ou des destinataires pas toujours bien identifiés, et pour des usages encore assez mystérieux.
___________________

Les données CPL de tous les abonnés alimentés en électricité par la même dérivation du transfo BT du quartier sont « visibles » sur tous les compteurs linky de ces abonnés (Et par quiconque se donnera la peine de se connecter aux fils électriques s'ils sont accessibles), puisqu’il s’agit d’un système de Bus.
Pour éviter ce risque, les données relevées par un compteur Linky sont immédiatement cryptées à l'intérieur même du compteur, avant d'être émises vers le concentrateur.
Le système de cryptage a évidemment reçu l'approbation des organismes officiels.
_______________________
Tout système de traitement et de transmission de données numériques cryptées est vulnérable au piratage. La récente actualité a montré qu'aucun système n'est totalement à l'abri des attaques.
La gestion et la transmissions des données Linky n'échappent pas à ce risque, ni plus ni moins que les autres.
S'il fallait condamner ce nouveau compteur à cause de son exposition au piratage, il faudrait également condamner plus de 80% des systèmes numériques actuels.


______________________

Dans la phase actuelle de déploiement, le nouveau compteur se bornera à relever la consommation et à la transmettre avec un pas temporel qui pourra être ajusté en fonction des besoins.
La CRE a recommandé de s'en tenir à un relevé toutes les 30 minutes, mais cette valeur n'est pas immuable.
En fait le pas temporel doit être compatible avec le nombre d'abonnés connectés à une dérivation BT donnée, la quantité de données recueillies chez chaque abonné, et le débit du médium.
La donnée de base mesurée est le courant, et donc la puissance, avec le déphasage entre les deux.
__________________

Ces données permettent au fournisseur d'énergie d'établir l'historique des consommations de l'abonné (Courbes de charge).
Grâce à (Ou à cause de ..) la liaison CPL bidirectionnelle, le fournisseur (ERDF +…..?) , peut modifier à distance le paramétrage du compteur:
- Abonnement.
- Tarification en fonction des tranches horaires.
- Timing de commande du contact sec ( Ce contact alimente, ou non, les bornes du compteur auxquelles on peut raccorder un Cumulus ou autre chose). Cette fonction existe sur tous les compteurs EDF depuis des lustres.
-Etc…
Le fournisseur peut également couper à distance l'alimentation générale de l'installation (çà c'est moins drôle).
Cette fonction ultime est indispensable pour mettre en œuvre un éventuel programme de délestage en cas de pic de demande de puissance à l'échelon régional. Un tel plan nécessite évidemment l'accord préalable formel du client.
____________________

Lorsque la courbe de charge d'un abonné montrera de fréquents et importants dépassements de la puissance souscrite sur des durées conséquentes, il pourra lui être « proposé » un changement d'abonnement, par exemple passer de 6 KVA à 9 KVA, ou de 9 à 12 KVA.
Pour ces clients, cela se traduira par une augmentation de la dépense annuelle, sauf s'il consent à modifier sa courbe de charge en évitant de mettre en marche simultanément plusieurs appareils gros consommateurs, ce qui peut être réalisé en installant un gestionnaire d'énergie..
Certains considèrent cette possibilité comme un abus de pouvoir, voire même un hold-up.
_____________________

Mais il faut avoir présent à l'esprit que, dans les années qui viennent (et même déjà aujourd'hui), le problème numéro un de EDF sera de répondre aux pics de demande de puissance. Déjà aujourd'hui, avec une consommation moyenne Nationale correspondant à une puissance moyenne de 60 GW, les pics de demande de puissance atteignent jusqu'à 100 GW, obligeant les producteurs à installer des moyens de production excédentaires qui grèvent lourdement les budgets et impactent le prix du KWh.
Une réduction du pic de puissance de 10 GW permet « d’économiser » 10 centrales de 1000 MW !
D'autre part, l'arrivée de la production éolienne et solaire va créer un nouveau problème, qui est celui de l'intermittence de la production d'électricité de ces sources.
Il deviendra alors impératif, pour éviter le back-out, de pouvoir ajuster la demande à l'offre, ce que permettra le compteur communicant.
Ceci demande, de la part des consommateurs, un minimum de coopération, et cela commence par l'information.
Compte tenu des enjeux énergétique nationaux, cette façon de procéder ne peut que recueillir l'assentiment des consommateurs responsables.
_____________________________

La capacité de communiquer avec l'abonné permet de faire beaucoup plus de choses.
Ces nouvelles possibilités seront négociées grâce au canal TIC (Télé Information Client).
Les données seront reçues et transmises par une interface intégrée au compteur et disponible sur des bornes accessibles par le client .
Ces bornes font partie de l’espace client.
Aujourd'hui, dans la phase de déploiement du compteur Linky, l'utilisation de cette interface n'est pas obligatoire.
(Elle ne sera d'ailleurs probablement jamais obligatoire, les usagers y viendront d’eux-mêmes, tant les avantages sont importants).
Cependant si , dès maintenant, certains utilisateurs souhaitent utiliser ces nouveaux services, ils ont la possibilité de se raccorder.
La connexion se fait soit par un bus filaire ( paire torsadée blindée SVP), soit par un module Radio ERL ( Emetteur Radio Linky).
Par le canal TIC, on pourra réaliser le téléaffichage des informations du compteur sur un smart phone, une tablette, ou un PC, et le raccordement d'une centrale de gestion énergétique.
Le compteur Linky possède, comme le CBE (Compteur Bleu Electronique), une sortie avec un interrupteur "contact sec" permettant la commutation des appareils qui y sont branchés ( Généralement un cumulus) en fonction de la tarification HP/HC souscrite.
Le Linky apporte (Entre autres) une fonctionnalité supplémentaire avec la possibilité de la commande de sept autres contacts « virtuels » pour réaliser certaines fonctionnalités du "Smart Grid".
Virtuels signifie que le compteur envoie simplement le code, et c’est le gestionnaire d’énergie du client qui lit ce code et actionne le « vrai » contact.
Ces sept contacts correspondent à sept zones du logement, qui pourront être commandées séparément selon le programme de délestage qui aura été préalablement négocié avec le client.
Les sept zones peuvent être par exemple :
- Zone charge de batterie de véhicule électrique.
- Zone lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge.
- Zones 1 , 2 , 3, de chauffage.
- Zone cumulus électrique.
- Autre
La transmissions des ordres depuis la centrale de gestion jusqu'aux différentes zones se fera par les moyens habituels ( Filaire tout ou rien, Bus filaire, Radio, ou CPL).
Il est vraisemblable qu'un système d'accusé de réception et d'exécution des ordres sera demandé.
______________________________

Certains abonnés s'opposent à l'installation du compteur communicant, pour une ou plusieurs des raisons alléguées suivantes:
- Le rayonnement électromagnétique du compteur communicant, ou des signaux CPL injectés dans le câblage électrique du logement, induit des perturbations des applications domotiques pré existantes.
- Ce même rayonnement induit chez les occupants du logement des troubles physiologiques liés à l'électro sensibilité.
- Ce nouveau compteur va générer des augmentations des dépenses d'énergie électrique, soit par l'obligation de changer d'abonnement, soit en raison de la méthode de comptage de l'énergie, notamment l'énergie réactive.
- Le télérelevé des données du compteur et leur transmission à un tiers, relève de la violation du droit de propriété des données personnelles.
- Le remplacement des anciens compteurs va générer une dépense considérable pour un intérêt non démontré.
__________

Il n'est pas dans notre compétence de prendre partie dans cette polémique, qui semble devoir prendre un tour juridique fort éloigné des problèmes techniques qui sont déjà assez compliqués sans qu'il soit nécessaire d'en rajouter.
Quant à l'électro sensibilité, elle concerne tous les domaines d'application des courants électriques de toutes fréquences, de toutes amplitudes, et de toutes formes. Le compteur communicant n'est qu'une application mise en cause parmi beaucoup d'autres.
C'est un problème de santé publique de même nature que la pollution aux particules fines, les nanoparticules dans les médicaments, les additifs alimentaires, les pesticides, les déchets nucléaires, le plomb, l'Amiante, le Radon, le Mercure, le Paraben, les acides gras saturés, le téléphone portable, le tabac, l'alcool, l'obésité, l'automobile, l'Oxyde de Carbone, le CO2, les Oxydes d'Azote, et certainement quelques autres…
Tous nécessitent la même attention. La difficulté dans cette lutte est de résister à l'envie de jeter le bébé avec l'eau du bain.

___________________

Note 1:
L’expérimentation du compteur Linky a porté sur 300 000 installations.
Il est probable, en tout cas cela aurait dû être le cas, que dans ce lot se trouvaient plusieurs dizaines de milliers de logements équipés d’applications domotiques, même simples, faisant usage de CPL.
L’expérimentation a donc nécessairement été confrontée au problème de coexistence entre le compteur Linky et les applications CPL courantes des logements concernés.
Le rapport de la CRE (Cité plus haut) ne comporte aucune allusion à des problèmes de compatibilité avec les installations existantes.
Sans objet ? Négligence ? Oubli ? Dissimulation ?
___________________

Note 2:
Le document ERDF-NOI-CPT-54 E / Version V1 du 15/10/2014
Précise les caractéristiques des signaux TIC (Information Client) disponibles sur les bornes du boîtier de raccordement accessible au client.
Il s'agit d'une sortie asynchrone classique de type Filaire, dont les caractéristiques sont issues de la norme EURIDYS.
Les signaux peuvent être transmis sur un Bus filaire constitué d'une paire torsadée simple avec écran Aluminium et conducteur de drain raccordé à la Terre.
Il n'est pas question d'une sortie CPL; il est possible que EDF n'ait pas voulu se confronter à la jungle CPL des réseaux privés domestiques.
(Ce que l'on ne peut qu'approuver, eu égard à la confusion qui y règne).
Il appartient au client de décider soit d'utiliser la sortie TIC sur Bus filaire blindé, soit d'ajouter un module ERL (Emetteur Radio Linky) dont il existe des modèles homologués dans le commerce, afin de se connecter au Linky par des moyens radio ( Smart phone, tablette, WiFi, BlueTooth,…).
Il y a une petite place dans le boîtier du Linky, dans laquelle on peut insérer le module ERL homologué.
Ce module est en vente dans les bonnes maisons pour quelques dizaines d'euros.
___________________________

Note 3:
La mise en œuvre d'un réseau CPL est libre dès lors qu'il se situe derrière un compteur privé,
"sous réserve qu'il n'entraîne aucune nuisance à autrui, auquel cas le matériel doit être retiré".
C'est la réglementation.
La norme pour les transmissions CPL bas débit et bande étroite est la version IEEE 1901-2-2013. Elle est développée pour intégrer les fonctionnalités du Smart Grid , et comporte des passerelles pour assurer un niveau suffisant d’interopérabilité avec les applications déjà existantes.


_______________________

Nous avons essayé de faire un point aussi impartial que possible en restant dans le domaine technique et en évitant soigneusement les domaines de l'ésotérisme et/ou de la paranoia.
Toutes informations complémentaires, ou rectifications, sont bienvenues, à conditions d'être accompagnées des références ou des explications techniques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jaxom 10/08/2017 17:42

Merci pour cet article clair et détaillé.

J'étais dans l'ignorance que tout réseau CPL domestique (je pense aux liaisons de box internet, dans les fréquences en MHz) nécessite réglementairement un filtre en entrée d'installation. Ceci n'est précisé par aucun fournisseur de ces solutions.

Question clé : où trouve-t-on un tel filtre ?? Pouvez-vous nous indiquer des fournisseurs, catalogues ou avis techniques sur des filtres CPL ? Cela m'intéresse au plus haut point, autant dans les bandes MHz que dans les kHz pour Linky.

Merci encore.

boizard 23/07/2017 19:31

merci pour ces informations.
Bien sûr je m'interroge sur ce compteur et souhaiterai le moins de nuisances possibles surtout sur
le plan physiologique.
J'aimerai avoir quelques précisions sur le filtre réseau à installer. Le modèle de filtre est-il identique
que l'on ait un système domotique ou pas. (dans mon cas je n'ai rien, juste un ordinateur).?
Et concernant le canal TIC, est-ce un élément du compteur, facultatif ou prévu non branché,
au choix sur bus filaire ou émetteur radio, lequel est le moins irradiant?
Pour moi, l'idéal serait un linky sans CPL.!
merci encore pour cet article super bien écrit, dans l'attente d'une réponse M.B.

doc zaius 01/08/2017 11:30

Bonjour Boizard,

Le filtre qui pourrait arrêter tous les signaux autres que le 50 HZ qui transporte l'énergie, serait un filtre passe-bas de fréquence de coupure de quelques centaines de HZ. Et sans remontées significatives en HF.
Ce filtre devrait être dimensionné pour laisser passer un courant de 100 A avec des pertes Joule inférieures à une vingtaine de Watts au courant nominal.
Il devrait être enfermé dans un solide blindage connecté à la terre, afin de ne pas être lui-même à l'origine de champs perturbateurs.
Il ne devrait évidemment pas introduire de composante réactive de puissance, et son impédance d'entrée ne devrait pas perturber le fonctionnement de la communication CPL du compteur Linky.
Il ne devrait pas également générer de pics de surtension lors d'une variation brusque du courant consommé.
De plus il devrait satisfaire à la norme, donc être homologué en bonne et due forme.
Tout bricolage paraît exclu.

Concernant la TIC (Télé Information Client), EDF a exclu pour le moment les CPL au profit de deux voies de communication:
Une voie filaire, comme sur le CBE ( Compteur Bleu Electronique) et une voie Radio.
EDF ne fournit pas l'interface radio, mais il y a une petite place à l'intérieur du compteur pour y placer un tel interface.

Quant aux rayonnements de tel ou tel système en général, il y a une règle d'or:
Quand on veut supprimer les rayonnements d'un système, on utilise un blindage, que l'on connecte à la terre.
S'il y a des connections avec l'extérieur, elles doivent être également blindées ( Câble coaxial, paire torsadée blindée) ou passer en fibre optique.

L'utilisation du réseau de distribution électrique pour des communications est une hérésie.
Les fils ne sont pas blindés, ils constituent donc un réseau d'antennes prêt à rayonner de manière anarchique tout signal qui sera injecté en un point quelconque.
L'utilisation de ce réseau privé à des fin de télécommunications (CPL) est sous la responsabilité de l'usager en ce qui concerne les éventuelles perturbations causées à soi-même ou à d'autres usagers ( Voisins, EDF, forces de police et de gendarmerie, radio amateurs, réseau de téléphonie mobile, taxis, stations de broadcast, etc…).
En cas de perturbations dument constatées, l'installation sera démontée et des suites judiciaires peuvent s'ensuivre.

Du point de vue du comportement dans un environnement de champs EM, chaque réseau domestique est un cas particulier, évolutif en fonction des conditions d'utilisation. Il n'y a donc pas de règle générale.

Cela dit, il n'est pas interdit de réaliser le câblage électrique sous goulotte métallique mise à la terre, et de torsader les fils pour éliminer aussi les champs magnétiques…
___________________









Roland 11/07/2017 18:12

Et pardon... merci pour cet article exhaustif !

Roland 11/07/2017 18:11

"D'autre part, l'arrivée de la production éolienne et solaire va créer un nouveau problème, qui est celui de l'intermittence de la production d'électricité de ces sources."

Cette façon de penser est biaisée. Le nucléaire, par sa stabilité de production, a exactement le même problème d'inadéquation entre demande d'électricité et production. Donc l'"arrivée" de ces moyens de production ne pose pas plus de problème que l'"arrivée" du nucléaire en son temps...
R.

Mary 13/06/2017 20:15

Merci pour ce post clair, précis, objectif et très bien écrit !