Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 15:17

14 Janvier 2016
Le lancement de l’opération de déploiement du nouveau compteur électrique « LINKY » a déclenché une révolution médiatique dont l’ampleur a surpris plus d’un observateur.
La violence des attaques portées révèle une méfiance profonde envers un dispositif perçu comme une intrusion dans l’espace privé, qui constitue dans la société française un « pré carré » quasiment sacré et tabou.
On a évoqué en vrac l’arrivée de Big Brother, les risques de santé publique liés à l’usage des liaisons CPL, les dangers de la modulation OFDM, les ondes radio polluant l’espace privé, les agressions contre les personnes électro sensibles, l’utilisation abusives des données privées, l’espionnage, le flicage, etc…
Des appels à la résistance et au refus de ce nouveau compteur sont diffusés, avec lettre type à l’appui, et il est exigé une campagne de mesures pour caractériser la nuisance afin d’obtenir qu’il soit mis fin à ce projet « barbare » .
Devant une polémique d’une telle violence il nous a paru utile d’y regarder d’un peu plus près.
D’abord pourquoi un nouveau compteur, que reproche-t-on à l’actuel CBE (Compteur Bleu Electronique) ?
Pour comprendre la genèse de l’affaire, il faut s’intéresser à l’équilibre entre production et consommation d’électricité, et à la transition énergétique.
Aujourd’hui c’est la demande d’électricité qui déclenche la production. A un moment donné la production s’adapte exactement à la demande grâce à un parc de centrales dont la puissance est modulable. Cette puissance varie ainsi entre 30 et 90 GW environ, selon l’heure, la saison, la météorologie.
( Par exemple une baisse de température de l’Atmosphère de 1 degré entraîne une demande supplémentaire de 2 GW).
Au-delà de 100 GW de demande, on ne sait plus faire, il n’y en a plus pour tout le monde et pour éviter le blackout il est nécessaire de procéder à des délestages.
Or toutes les prévisions de ERDF, même tenant compte des programmes d’économie d’énergie, prévoient pour 2020 et au-delà des pics de demande supérieurs aux 100 GW fatidiques.
La demande moyenne étant de 60 GW, il est devenu impératif de lisser les pics de 100 GW pour les ramener en dessous de 70-80 GW.
Pour cela il est nécessaire d’inverser le processus: plutôt qu’adapter la production à la demande, il faut faire l’inverse, adapter la demande à l’offre, dans une certaine mesure.
Ce nouveau concept deviendra incontournable avec la montée en puissance des énergies renouvelables intermittentes, Eolien et Solaire.
Pour réaliser ce nouvel équilibre il faut pouvoir négocier avec les utilisateurs afin d’obtenir une meilleure répartition des consommations dans la journée et en période de pointe.
Cette négociation doit être réalisable en temps réel, c’est pourquoi un réseau interactif est indispensable.
C’est le but essentiel du nouveau compteur LINKY.
Le réseau physique est constitué par le réseau de distribution ERDF, la communication se faisant par courants porteurs CPL, technique déjà très largement utilisée, y compris dans les espaces privés pour les applications Domotique.
L’actuel compteur bleu ne permet pas ce genre d’interactivité.
Le compteur LINKY assure les mêmes fonctions que le CBE, et devient en plus un organe de communication entre le fournisseur d’énergie et le consommateur.
Que se passe-t-il lorsqu’un compteur LINKY est installé à la place d’un CBE ( Actuel compteur bleu)?
RIEN.
Les fonctionnalités actuelles du CBE sont reprises par le LINKY, le contrat de fournitures est inchangé, la facture idem.
Aucun réseau CPL n’est à installer dans le logement, aucun dispositif supplémentaire d’aucune sorte n’est requis dans un premier temps.
Insistons sur ce point: Il n’y a aucune injection de signaux CPL à l’intérieur du domicile en provenance du LINKY.
Le compteur LINKY utilise bien des CPL, mais c’est uniquement pour communiquer avec le concentrateur, qui se trouve au niveau du transformateur qui alimente le quartier. Il s’agit donc de l’espace public et non de l’espace privé.
Les personnes électro sensibles peuvent donc être rassurées, les seuls signaux CPL auxquels elles peuvent être soumises dans leur logement sont ceux qu’elles auront créé elles-mêmes, par exemple si elles ont une commande de volets, de portail, d’éclairage, une centrale anti-intrusion, etc, par CPL .
On a parlé aussi de pollution radio par des signaux OFDM. Il s’agit d’une méprise car cette modulation est utilisée pour la liaison GPRS entre le concentrateur et la centrale de gestion du réseau qui recueille les données cryptées des utilisateurs. Ces signaux sont les mêmes que ceux qui transitent par les antennes du réseau de téléphonie mobile. Ils ne concernent pas le logement.
Mais alors, que fait le compteur LINKY ?
Dans l’installation de base, qui consiste à remplacer purement et simplement le compteur actuel par un LINKY, celui-ci assure les fonctionnalités du compteur bleu, avec quelques fonctions supplémentaires:
- Il transmet en temps réel les données de consommation du client, sur demande de l’exploitant. Ces données sont stockées pour être exploitées ultérieurement ( établissement des factures, histogramme des consommations, détection des anomalies, analyse et propositions de modifications de contrat ou autre…)
- Les réglages de configuration qui, avec le CBE, doivent être effectués manuellement par un agent, sont ici télécommandés par signaux CPL.
( Insistons sur le fait que ces signaux COL s’arrêtent au compteur, ils ne pénètrent pas dans le logement).
La première conséquence est le remplacement du relevé manuel par un télé relevé.

C’est évidemment la transmission en temps réel et le stockage des données qui soulèvent le plus de questions.
Qui va faire quoi avec ces données, qu’est-ce que çà cache, quelles seront les conséquences pour MES libertés de consommateur, quelles conséquences sur MA facture, etc…
Toutes ces questions sont légitimes.
La CNIL a été impliquée dès le début dans la mise au point de ce système, les données sont cryptées et l’on nous assurés de l’étanchéité du circuit de traitement et de stockage, et du sérieux de l’accréditation de l’entreprise tiers choisie pour l’exploitation.
Malgré ces précautions on ne peut éviter une certaine réticence de la part de quelques clients.
Quels dommages peuvent résulter de la connaissance du profil de consommation d’un client ?
Dans l’installation de base évoquée plus haut, la seule information transmise est la puissance instantanée. Que peut-on faire de nuisible à partir de la courbe de puissance ?
Cette courbe n’indique que la puissance, elle ne donne aucune information sur les appareils utilisés.

Mais l’objectif du LINKY est d’aller plus loin que la simple installation de base qui ne fait que remplacer le compteur bleu.
Nous avons vu que le LINKY communique avec son concentrateur et donc avec le fournisseur d’énergie, par une liaison CPL externe à l’espace privé, donc isolé de l’installation intérieure.
Il est muni également d’un interface de communication avec le client afin de permettre l’interactivité. Il s’agit du port TIC (Télé Information Client), dont les sorties Alim. et Signaux sont accessibles au client pour y raccorder tel récepteur-afficheur de son choix, compatible évidemment avec le protocole (voisin de EURIDIS).

Ce port de communication client peut être configuré selon deux modes:
- Le mode « Historique » qui permet de rester compatible avec les installations qui exploitaient déjà le bus du compteur bleu ( car le compteur bleu possède lui-aussi un bus).
- le mode « standard » pour les installations nouvelles.
Le câble de raccordement est un câble téléphonique intérieur de type : paire torsadée simple avec écran aluminium et conducteur de drain, conducteur monobrin en cuivre étamé de diamètre 0,5 mm, isolant PVC.
On voit qu’il s’agit d’une liaison filaire par câble blindé ne pouvant donner lieu à aucune perturbation électromagnétique, à conditions bien sûr que l’installation du client soit effectuée dans les règles de l’art.
( Tout cela est décrit dans le document « ERDF-NOI-CPT_54 E
Version V1 du 15 / 10 / 2014 ).

Que fait-on avec cet interface client ?
A peu près n’importe quoi en rapport avec la gestion de l’installation, à condition évidemment d’accepter de se connecter et d’utiliser des matériels compatibles avec les usages domotiques.
Aujourd’hui il n’y a pas encore d’obligation de se connecter, mais cela peut changer dans l’avenir s’il devient nécessaire d’utiliser certaines fonctionnalités comme le délestage ou l’arbitrage entre applications, notamment la charge de batterie de véhicule électrique, le cumulus, et surtout le lissage des pics de consommation.
Le compteur LINKY possède, pour des raison de compatibilité avec les anciens compteurs, un sortie « contact sec » qui permet de commander en HC un cumulus par exemple. Il possède en plus 7 relais virtuels permettant de commander, à travers le bus TIC, 7 zones différentes de l’installation.
L’interactivité portera d’une part sur la gestion tarifaire et d’autre part sur la gestion de l’installation elle-même à partir de cahiers des charges négociés.
A terme tout le monde devrait y trouver son compte:
- Le client, qui pourra rationaliser la gestion de son installation et donc optimiser ses options de facturation et d’abonnement.
- Le fournisseur d’énergie (Quel qu’il soit) qui pourra maîtriser la demande et donc optimiser l’offre.
- RTE et ERDF, qui auront enfin les outils pour maîtriser et mettre en musique les différentes sources d’électricité comportant une forte composante d’intermittence. Il sera également possible d’optimiser les capacités de stockage d’électricité et ainsi de réduire le nombre d’installations de relève fonctionnant avec des énergies fossiles.

Afin de garantir la compatibilité des différents équipements qui seront raccordés au TIC du LINKY, les industriels de la profession se sont regroupés au sein de IGNES ( Industries du Génie Numérique, Energétique et Sécuritaire ) pour définir les règles communes d’utilisation.
Un premier équipement est disponible, il s’agit de l’ERL ( Emetteur Radio Linky) conçu pour s’intégrer au compteur pour assurer une interface radio. Il est ainsi possible de se connecter avec un smartphone, une tablette ou un PC.
Cette courte revue a tenté de démystifier le compteur LINKY , et surtout de le laver de tout soupçon concernant les CPL, et/ou les ondes électromagnétiques rayonnant à travers les fils électriques de l’habitation, car il n’utilise ni les uns ni les autres à l’intérieur du logement.
Par contre, les usagers qui souhaiteront utiliser les possibilités du LINKY en le raccordant à une installation Domotique, devront prendre les précautions imposées par les règles de l’art pour éviter ou minimiser les interactions à l’intérieur du logement.
Mais ceci n’a rien à voir avec le LINKY.
C’est au client de choisir le bon installateur, et d’éviter tout bricolage à base de produits de communication de provenance douteuse utilisant des protocoles fantaisistes.
A suivre…

Partager cet article

Repost 0

commentaires