Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 15:56

16 Octobre 2014

Le PHEV ( « Plug-in Hybrid Electric Vehicle » en bon franglais ) a la préférence des usagers qui souhaitent allier les avantages de la traction électrique et la tranquillité du moteur thermique.

Le moteur électrique se charge des déplacements de courtes distances, essentiellement urbains mais pas que, en consommant uniquement de l’électricité fournie par une batterie Lithium-ion de quelques kWh, rechargée sur une prise domestique le soir à la maison, au bureau ou en ville sur une borne publique ( on commence à en voir).

Le rendement élevé de la traction électrique (80%) permet de réduire la facture énergétique. ( Le prix du kWh électrique est le même que celui fourni par le carburant pétrolier soit #14 centimes TTC. C’est le rendement du moteur électrique qui fait la différence).

Le moteur thermique se charge des déplacements routiers en prenant le relais dès que la batterie est vide, ou avant si le conducteur le décide. La consommation est alors celle du groupe thermique seul, comparable à celle des voitures classiques non électrifiées c’est-à-dire entre 5 et 7 L/100 selon la classe du véhicule ( A, B, ou C), la vitesse de croisière, le profil du parcours, la charge et la manière de conduire évidemment.

( les chiffres que nous donnons sont les chiffres réels, toujours 20 à 30% supérieurs aux chiffres catalogues de la norme NEDC).

Certains modèles permettent de coupler les deux moteurs pour disposer d’un surcroît de puissance momentanément.

On comprend que la consommation moyenne du véhicule dépend essentiellement des proportions respectives de traction électrique et de traction thermique, voire des deux à la fois.

Pour un véhicule classique à moteur thermique la consommation s’exprime en litres de carburant aux cent kilomètres.

Pour un PHEV la consommation comprendra deux composantes: le carburant liquide et l’électricité, des deux devant être additionnés. L’un est en litres et l’autre en kWh. Notons qu’il est plus juste d’exprimer les deux en kWh, le « Litre » n’étant pas une unité énergétique. (Les constructeurs donnent la puissance de leurs moteurs thermique en kW).

Les consommations « normalisées » données dans les catalogues sont mesurées selon le cycle NEDC qui est sans rapport avec les conditions réelles d’utilisations, lesquelles sont en plus variables d’un conducteur à l’autre.

Suite aux protestations (et aux procès aux Etats-Unis) des clients mécontents de constater des consommations très supérieures aux valeurs catalogues , le cycle NEDC est en cours de modification et doit être remplacé à partir de 2017 par le cycle WLTP ( Worldwide harmonized Light Vehicle Procedure) censé donner des valeurs plus proches de la réalité.

Ce qui est faux puisque ce nouveau cycle est effectué en postulant un rapport « normalisé » entre la propulsion électrique et la propulsion thermique, alors que dans la pratique il dépend de chaque conducteur selon qu’il utilise sa voiture surtout en ville ou surtout sur la route.

On n’a donc pas fini d’entendre les doléances des acheteurs déçus auxquels on aura vendu un engin censé consommer 1,5 Litres aux cent et qui se retrouvent avec une consommation double de celle du catalogue parce qu’ils font plus de route que de ville.

Par ailleurs il faut reconnaître qu’il est difficile d’expliquer à un futur client que la consommation normalisée indiquée au catalogue n’a que de lointains rapports avec ce que Lui consommera réellement selon Son usage et Sa façon de conduire.

Pour un PHEV il serait souhaitable de donner, en plus de la consommation normalisée, les consommations à vitesse stabilisée de 120 km/h en propulsion thermique, et l’autonomie en propulsion électrique en cycle urbain plus proche de la réalité que le cycle NEDC.

L’acheteur d’un PHEV doit savoir ce qu’il consommera non seulement pour ses petits parcours locaux, mais aussi pour ses déplacements de plusieurs centaines de kms avec armes et bagages sur nos belles autoroutes encore autorisées à 130 km/h.

En attendant il devra faire preuve de circonspection et tâcher de ne pas céder trop facilement aux sirènes de la publicité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires