Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 16:20

La transition énergétique: une obligation de moyens.

25 Novembre 2013

Malgré une apparente atonie, les travaux préparatoires à la transition énergétique suivent leur cours.

Bien sûr le devant de la scène est occupé par l’éolien et le nucléaire, qui sont les acteurs médiatiques principaux.

Mais, dans l’ombre, les soutiers de l’énergie travaillent en silence pour préparer le terrain à l’arrivée des troupes renouvelables.

Parmi les travaux de terrassement indispensables à la mise en œuvre des outils de production d’énergie verte il y a le « Smart Grid ».

Aujourd’hui notre électricité est produite à 75% par le nucléaire, le reste étant fourni par l’hydraulique, quelques centrales thermiques et un peu de renouvelables.

Le principe étant d’avoir à disposition permanente les moyens de satisfaire la demande instantanée quelle qu’elle soit, en important du courant éventuellement en cas de dépassement des possibilités internes.

Ce système est un « pousse au crime » qui nous a conduit à tirer jusqu’à 100 GW certains jours fastes de grand froid, alors que la puissance moyenne ne dépasse pas 45 GW.

Cette gabegie ne peut plus durer.

Dans une perspective d’enchérissement de l’énergie il est devenu indispensable de gérer les utilisations qui en sont faites, à la fois selon les types d’usages et selon les modalités d’emploi.

D’autre part, et pendant encore plusieurs décennies, le panorama énergétique électrique verra cohabiter les moyens de production classiques déjà rappelés et les moyens nouveaux caractérisés par une grande diversité technologique ( Petit éolien, éolien terrestre, éolien offshore, solaire photovoltaïque, solaire thermique, pompes à chaleur, géothermie profonde, méthanisation de la biomasse, etc…) avec les problème nouveaux de l’intermittence et du stockage à prendre en compte.

Enfin il faudra aussi tenir compte de la multiplication des petits producteurs qui seront tantôt vendeurs, et tantôt acheteurs d’énergie électrique.

Pour gérer un système aussi complexe il est nécessaire de faire appel à un réseau interactif qui permette à la fois de recueillir les données d’utilisation et de négocier en temps réel l’établissement de sessions avec chaque utilisateur.

C’est le but du « Smart Grid » ( Réseau Intelligent) dont la brique de base est le compteur Linky, déjà abondamment décrit et autant décrié.

Dans le résidentiel il y a 35 Millions de logements à équiper. Les essais de validation phase I sont terminés, la phase II va être mise en œuvre et concerne 1 Million de compteur d’ici 2016.

Tous les logements doivent être équipés d’ici 2020.

Rappelons qu’il ne s’agit pas d’une fantaisie de ERDF pour faire du neuf avec du vieux, il s’agit tout bonnement de permettre la transition énergétique. C’est une condition « sine qua non », et ce n’est pas la seule.

L’investissement est évidemment à la mesure de la tâche.

A raison de 150 euros par logement ( fourniture et pose ) on dépasse les cinq Milliards.

Qui seront évidemment payés par l’usager et/ou le contribuable, qui sont généralement la même personne.

Chaque usager sera donc ponctionné de la somme nécessaire, éventuellement étalée sur plusieurs années.

Ponction qui devra être renouvelée autant de fois que nécessaire pour financer divers dispositifs tels que :

- Parcs éoliens offshore ( à 3 Millions d’euros le MW installé).

- Parcs solaires.

- Installations de stockage d’électricité.

- Installations de méthanisation.

- Mise à niveau du parc nucléaire vieillissant .

- Construction de quelques EPR

- Etc…

Le financement étant en général réalisé grâce au rachat de la production à un tarif de complaisance à partir d’une caisse remplie par la CSPE.

Le paragraphe « taxes et contributions » en bas de la facture ne tardera pas à devenir l’objet de toute notre attention.

« Quo non ascendet ? »

Partager cet article

Repost 0

commentaires